Le pasteur Paul Mukendi, en appel de sa condamnation pour des agressions sexuelles sur une ex-fidèle alors mineure, a participé à une «soirée jeunesse» virtuelle samedi à son église Parole de Vie dans Vanier.
Le pasteur Paul Mukendi, en appel de sa condamnation pour des agressions sexuelles sur une ex-fidèle alors mineure, a participé à une «soirée jeunesse» virtuelle samedi à son église Parole de Vie dans Vanier.

Une soirée jeunesse pour le pasteur Mukendi

Le pasteur Paul Mukendi, en appel de sa condamnation pour des agressions sexuelles sur une ex-fidèle alors mineure, a participé à une «soirée jeunesse» virtuelle samedi à son église Parole de Vie dans Vanier. La police de Québec a ouvert une enquête sur un possible bris de condition de remise en liberté.

Le pasteur de 42 ans s’est présenté à son église samedi soir tout de blanc vêtu. 

La soirée jeunesse de l’église évangélique Parole de vie avait été publicisée à l’avance via les réseaux sociaux.

«Le témoignage de la jeunesse du Révérend Paul Mukendi! Les jeunes et leurs parents sont aussi les bienvenus sur place au 240 boulevard Pierre-Bertrand. Un moment à ne pas manquer surtout que vous pourrez poser vos questions à l’homme que Dieu a élevé très jeune!»

Quelques enfants et adolescents ont été vus entrer à l’église avec leurs parents. 

Quelques enfants et adolescents ont été vus entrer dans l'église Parole de Vie dans Vanier avec leurs parents.

Le pasteur Mukendi s’est installé dans son bureau au deuxième étage pour prêcher et livrer ses conseils aux jeunes, qui lui faisaient parvenir des questions par courriel ou par téléphone. 

«La jeunesse de Parole de Vie a passé un super moment, hier soir, avec son invité spécial, le Révérend Paul Mukendi qui a généreusement partagé sur sa vie, son parcours, son appel, ses réussites, ses erreurs de jeunesse et sur son amour indéfectible pour Dieu et Son œuvre, pouvait-on lire sur la page Facebook Jeunesse Parole de vie. Il a aussi répondu aux nombreuses questions des jeunes d’ici et d’ailleurs qui suivaient en direct sur Facebook. Ce fut vraiment un moment mémorable et édifiant pour les jeunes de tout âge!»

Selon l’avocate de Paul Mukendi, Me Dominique Bertrand, le pasteur n’a jamais été en contact avec des jeunes présents dans le bâtiment.

«Il fait très attention à ses conditions de remise en liberté, assure Me Bertrand. Par exemple, il ne s’occupe plus du tout des activités de l’église qui s’adressent aux enfants, comme les dimanches après-midi.»

Plusieurs agents de renseignements de la police de Québec étaient sur place pour documenter l’événement. Les enquêteurs feront parvenir leur dossier d’ici quelques jours au Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) qui devra l’analyser et décider si des accusations de bris de condition doivent être autorisées.

Le pasteur doit en effet respecter plusieurs conditions de remises en liberté durant les procédures d’appel, dont «ne pas chercher, accepter ou garder un emploi, rémunéré ou non, ou un travail bénévole qui le placerait en relation de confiance ou d’autorité vis-à-vis de personnes âgées de moins de 16 ans, à moins de le faire sous la supervision d’une personne que la Cour estime convenir en l’occurrence».

Quelques enfants et adolescents ont été vus entrer dans l'église Parole de Vie dans Vanier avec leurs parents.

Condamné à 8 ans de prison

Après un procès devant jury, Paul Mukendi a été déclaré coupable de plusieurs chefs de nature sexuelle, de menaces de mort et de voies de fait. 

Sa victime était âgée de 14 ans au début de la période des infractions, qui ont duré une douzaine d’années.

Le juge Jean-François Émond de la Cour supérieure a condamné Paul Mukendi à une peine de huit ans de détention. «Vous avez utilisé votre statut d’homme de Dieu et d’homme d’église comme outil de manipulation, affirmait le juge Émond. Vous avez emprisonné la jeune victime dans une cellule virtuelle.»

Paul Mukendi a interjeté appel de la condamnation et de la peine. Il a pu reprendre sa liberté en attente des procédures d’appel.

Le pasteur a tenté en vain d’obtenir l’accord de la Cour d’appel pour exercer son travail de pasteur, avec les adultes comme avec les enfants, sous la supervision de l’attachée de presse de l’église et d’un assistant pasteur. 

Les juges de la Cour d’appel ont rejeté sa requête en juin, disant douter que les deux personnes aient « l’indépendance et l’objectivité nécessaires pour s’acquitter efficacement de la responsabilité de superviser l’appelant ».

La Cour d’appel souligne qu’à ce stade des procédures, Mukendi ne bénéficie plus de la présomption d’innocence. «Les faits révélés en première instance laissent entrevoir une fâcheuse connexité entre les infractions dont il a été trouvé coupable et certaines des croyances religieuses véhiculées au sein de son église, notamment par la mère de la plaignante», écrivent les juges de la Cour d’appel.