En mai, l'avocat Jean-Roch Parent a été déclaré coupable ou a plaidé coupable à une quinzaine d’infractions disciplinaires. Il est radié 16 mois.

Une radiation de 16 mois pour Jean-Roch Parent

Lorsqu’un juge parle, on se tait. Le conseil de discipline du Barreau du Québec rappelle ce principe en imposant à l’avocat de défense Jean-Roch Parent une radiation de 16 mois.

En mai dernier, Jean-Roch Parent a été déclaré coupable ou a plaidé coupable à une quinzaine d’infractions disciplinaires.

Prises de bec avec des juges en salle d’audience, engueulade avec des collègues avocats, insultes à un agent correctionnel, manque de disponibilité et diligence à l’égard d’un client; les manquements professionnels reprochés à l’avocat de défense sont divers. 

Le conseil discipline du Barreau du Québec qualifie de «comportement inacceptable et hautement répréhensible» la conduite de Jean-Roch Parent à l’égard d’une juge de la cour municipale et d’un juge de la Cour supérieure. Un comportement «qui mine la confiance du public envers les tribunaux et l’administration de la justice» et «porte ombrage à la profession d’avocat», ajoute le conseil dans sa décision sur la sanction.

Les écarts de langage et les interruptions intempestives de Parent lors des débats judiciaires ne sont pas une «irritabilité passagère» note le conseil, mais plutôt «un mode opératoire, une façon de faire qu’il intègre à sa pratique sous prétexte du droit de défendre ses clients avec acharnement».

Si un avocat, qui côtoie régulièrement la magistrature, manque de respect envers celle-ci, comment peut-on demander au public en général de la respecter, demande le conseil de discipline.

Épuisement professionnel

En janvier, le syndic du Barreau a obtenu une mesure exceptionnelle, soit la radiation provisoire du bouillant avocat de défense. Il n’a donc plus le droit de pratique depuis ce temps.

Le conseil de discipline a établi à 16 mois la radiation complète de Parent, de laquelle il faut déduire environ 7 mois de radiation provisoire.

Lors des représentations sur la sanction, Jean-Roch Parent a présenté ses regrets. Il a expliqué qu’au moment des événements, il était en épuisement professionnel. Le conseil souligne n’avoir aucune preuve médicale de cet état de santé.

L’avocat radié a affirmé vouloir reprendre sa pratique, en collaboration avec d’autres avocats, et promet de s’adresser aux juges avec respect.