L’une des dernières photos de Jyothi-Lakshmi Pillay la montre dans la tempête qui s’est abattue sur le Québec la semaine dernière. Elle portait cette tenue quand on a retrouvé son corps.

Une globe-trotteuse britannique retrouvée morte à Percé

GASPÉ – Que s’est-il passé dans les dernières 24 heures de la vie de Jyothi-Lakshmi Pillay, une globe-trotteuse londonienne d’origine indienne et polyglotte, trouvée morte sur la plage de Percé? La Sûreté du Québec cherche à comprendre.

Mme Pillay, une Britannique de 27 ans, parlait cinq langues et voyageait à travers le monde. Sa dernière destination aura été Percé, où son corps a été retrouvé lundi, au nord du quai. 

«Elle faisait apparemment le tour du Québec. On pense qu’elle voulait voir le rocher Percé. Même si l’enquête n’est pas complétée, il ne semble pas y avoir d’élément criminel. Tout porte à croire qu’elle a été victime d’un accident fâcheux, d’une chute dans l’eau ou qu’elle a été prise par la marée montante près du rocher. La cause du décès, c’est la noyade», indique Claude Doiron, porte-parole de la Sûreté du Québec (SQ).

Mme Pillay se déplaçait à pied et en auto-stop. La SQ cherche des personnes qui auraient embarqué la jeune femme ou seraient entrées en contact avec elle. «C’est important de reconstituer ses 24 dernières heures, pour être sûrs qu’on n’a rien laissé passer», explique M. Doiron.

Le 7 avril, deux jours avant la découverte du corps, la victime a été aperçue à Rivière-au-Renard puis à Gaspé, au moment où elle quittait le magasin Canadian Tire.

Mme Pillay portait un manteau rose, des pantalons noirs et des bottes de marche gris et vert. Elle transportait deux sacs à dos : un noir et un bleu marin. Elle s’exprimait en français, avec un accent. 

Il a été facile d’identifier la victime. «Elle n’avait pas séjourné longtemps dans l’eau et ses pièces d’identité ont été découvertes près d’elle», dit M. Doiron.

C’est l’ambassade canadienne qui s’est chargée d’annoncer le décès à sa famille, à Londres.