La police de Québec a érigé un périmètre de sécurité autour de l’immeuble et plusieurs enquêteurs ont été sur place une bonne partie de la journée pour tenter de déterminer les causes de l’accident.

Une fillette happée par un camion de déneigement

Une tragédie a endeuillé une famille camerounaise de Charlesbourg, vendredi midi, alors qu’une fillette de 8 ans qui rentrait de l’école primaire pour dîner chez elle a été écrasée par un camion qui effectuait le déneigement du stationnement de son immeuble à logements.

L’accident est survenu vers 11h55 dans le stationnement d’un immeuble du boulevard Louis-XIV. La victime est décédée sur le coup et son décès a été confirmé un peu plus tard à l’hôpital. Le chauffeur du camion de déneigement, un homme dans la trentaine, a aussi quitté les lieux en ambulance, victime d’un choc nerveux.

Selon des témoins, la victime marchait derrière le poids lourd quand ce dernier a freiné et fait marche arrière vers elle. Le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) n’a toutefois pas confirmé ces informations.  

Diana Ramarokoto connaît bien la petite famille qui a été touchée par le drame. Elle a expliqué au Soleil que la fillette se rendait à l’école à pied tous les jours en compagnie de sa soeur plus âgée et de deux amis, et rentrait toujours dîner à la maison.  

«C’est très triste ce qui s’est passé. Je crois que ses parents n’étaient pas là, car ils travaillent à l’extérieur», a déclaré la dame. La petite famille compte un troisième enfant en bas âge.

Danielle Bouchard, présidente du conseil d’administration des Immeubles HSF-Habitations sans frontière, l’organisme sans but lucratif qui gère le bâtiment où réside la famille, a expliqué au Soleil que c’était la première fois que le camion de déneigement passait dans la cour cette année.

«Quelqu’un m’a appelé pour me demander ce qui se passait. Là, j’ai une locataire qui est en crise et on organise présentement une mobilisation pour avertir les enfants qui reviendront de l’école à propos de ce qui s’est produit», a-t-elle expliqué.

Le SPVQ a érigé un périmètre de sécurité autour de l’immeuble et plusieurs enquêteurs ont été sur place une bonne partie de la journée pour tenter de déterminer les causes de l’accident.

Le chauffeur était un employé du Groupe Essa, qui détient le contrat de déneigement des Immeubles HSF, et aurait plusieurs années d’expérience dans son domaine.

Les Camerounais en deuil

La communauté camerounaise de Québec s’est mobilisée vendredi pour soutenir leurs compatriotes éplorés. De passage en soirée devant l’immeuble à logements, Le Soleil a été témoin du va-et-vient constant chez la famille endeuillée. Plus d’une vingtaine de personnes se trouvaient dans l’appartement, selon les visiteurs rencontrés. 

«Il n’y a pas de place à s’asseoir à l’intérieur tellement il y a du monde», a expliqué Joseph Oscar Yéné, ancien président de l’Association des Camerounaises et Camerounais de Québec. Ce dernier, qui connaît le père de la jeune victime, s’est présenté comme des dizaines d’autres, proches ou non, pour pleurer le triste décès. «C’est dans nos coutumes, dans nos traditions. Quand quelqu’un perd une personne, les gens vont aller la visiter. Il y a les proches, il y a aussi les gens de la communauté.»