Il était impossible, samedi, d’évaluer les dommages matériels et financiers que représentent l’accident. Une pompe à essence traditionnelle peut toutefois friser les dizaines de milliers de dollars sur le marché, en moyenne.

Une conductrice fonce dans les pompes à essence d'un dépanneur

À bord d'une voiture de type VUS, une conductrice a violemment percuté les pompes à essence d’une station-service Ultramar sur le boulevard Henri-Bourassa, à la hauteur de la 74e Rue dans le secteur de Charlesbourg, dans la nuit de vendredi à samedi dans la capitale. Au volant, la dame a terminé sa course folle dans la façade du dépanneur Provi-Soir.

Fort heureusement, les pompes étaient fermées au moment des faits, et la fuite d’essence ne s’est pas révélée trop importante. Personne n’a été blessé lors de l’incident. La collision se serait produite tout juste avant le coup de minuit, selon nos informations. 

Aucun employé ne se trouvait sur les lieux lors de l’incident, le dépanneur ayant fermé ses portes pour la nuit. Les caméras de surveillance de l’établissement ont toutefois capté la conductrice qui circule en direction sud sur le boulevard Henri-Bourassa. 

De manière très surprenante, la conductrice change alors de direction et fonce directement dans les pompes d’essence. Le choc est très important, surtout parce que la vitesse du véhicule est grande.

Ce n’est que quelques instants plus tard que le véhicule roule de plus belle, jusqu’à la façade du petit dépanneur. À ce moment, on aperçoit le coussin gonflable qui se déploie dans l’automobile. La conductrice en sortira quelques minutes après. 

Heureusement, aucun employé ne se trouvait sur les lieux lors de l’incident.

Les pompiers en renfort

Les pompiers de Québec ont été appelés en renfort sur les lieux pendant la nuit pour maîtriser les risques d’incendie. Quoique relativement faibles dans ce cas-ci, les risques sont bien réels lors de fuites de pétrole.

Le gérant de la station-service, Dong Bin, a passé la nuit debout pour tenter de comprendre ce qui était arrivé, en compagnie des pompiers et de quelques policiers. Ceux-ci lui auraient expliqué que la conductrice a en réalité «perdu la maîtrise de son véhicule». Au bout du fil, une employée de la succursale en fonction samedi a avoué être dépassée par les événements. 

Il était impossible, samedi, d’évaluer les dommages matériels et financiers que représentent l’accident. Une pompe à essence traditionnelle peut toutefois friser les dizaines de milliers de dollars sur le marché, en moyenne. 

La police de Québec n’a pas été en mesure de répondre aux questions du Soleil à ce sujet samedi en début d’après-midi, aucun porte-parole ne donnant suite à nos appels. Impossible non plus de connaître l’état de santé précis de la suspecte.