Cette sérigraphie de Jean-Paul Riopelle évaluée à 10 000 $ avait été volée en 2008 à Saint-Aubert, près de Saint-Jean-Port-Joli.

Un Riopelle volé retrouvé neuf ans plus tard

Une information du public a permis à la Sûreté du Québec de retrouver à Saint-Hyacinthe mardi une sérigraphie de Jean-Paul Riopelle évaluée à 10 000 $ qui avait été volée en 2008 à Saint-Aubert, près de Saint-Jean-Port-Joli.
L'oeuvre sans titre, technique mixte sur papier de 44 cm sur 52 cm, avait été réalisée en 1986 et se trouvait dans une résidence privée de Saint-Aubert lorsqu'elle a été rapportée volée en 2008.
C'est une information reçue du public qui a mis la police sur la piste de l'oeuvre il y a quelques jours. «Quelqu'un nous a dit que l'oeuvre se trouverait à un certain endroit à Saint-Hyacinthe et nous y avons réalisé une perquisition pour finalement récupérer la sérigraphie», explique l'agente Ingrid Asselin de la SQ.
Aucune arrestation n'a toutefois été faite pour l'instant dans cette affaire. Même si la police a refusé de le confirmer, on comprend toutefois que la personne qui était en possession de l'oeuvre n'était pas du tout au courant qu'elle avait été volée.
La toile est toujours entre les mains des enquêteurs de la Sûreté du Québec et l'agente Asselin ne pouvait dire jeudi quand elle serait restituée à ses propriétaires légitimes.
Les policiers tentent maintenant de refaire le chemin que pourrait avoir parcouru l'oeuvre de son vol jusqu'à sa découverte à Saint-Hyacinthe afin de pouvoir mettre la main au collet du voleur. Ils invitent donc toute personne qui posséderait des informations en lien avec cette affaire à les transmettre en composant le 1 800 659-4264.
La SQ est également toujours à la recherche des auteurs du vol de trois autres tableaux de Riopelle d'une valeur totalisant 150 000 $ qui avaient été volés en 1999 et retrouvés en janvier dans une résidence privée de Montréal.
Les tableaux avaient été volés alors qu'ils se trouvaient dans un caisson dans l'entrepôt d'un aéroport contenant des marchandises provenant de l'extérieur du Canada.
En août 2011, sa sculpture La Défaite, évaluée à un million $, avait été volée de son piédestal dans la ville d'Estérel, dans les Laurentides, où elle était installée depuis 1963. Elle a été retrouvée le  lendemain, cassée en quatre morceaux.
Décédé en 2002, Riopelle est une figure de proue du mouvement automatiste et l'un des signataires du manifeste Refus global.