Un proxénète écope de 33 mois de prison

Pas de petites annonces. Pas de motel, d’hôtel ni même de location Airbnb. Interdiction de planifier l’offre de services sexuels rémunérés sur Internet ou autrement. Le proxénète Earlving Milord, surnommé TNT, s’est vu tailler une probation sur mesure pour l’encourager à se tenir loin de la prostitution.

Milord, un grand gaillard de 24 ans, chapelet au cou, a plaidé coupable vendredi à des accusations de proxénétisme d’une personne majeure, d’avoir fait la publicité de services sexuels et de possession de pornographie juvénile, soit des photos d’une jeune fille de 17 ans qu’il voulait recruter comme escorte.

Le procureur de la Couronne Me Régis Juneau-Drolet et l’avocat de défense Me Mathieu Giroux se sont entendus pour suggérer à la juge Anne Trudel de la Cour du Québec une peine de 33 mois pour le jeune homme, jusque là sans antécédent judiciaire. Détenu depuis son arrestation en mai 2018, Milord aura encore huit mois de prison à purger.

Il a été arrêté au motel Luxembourg en compagnie d’une complice, Suzana-Tantine Mlebinge, qui s’est engagée à plaider coupable elle aussi à la mi-octobre.

Les policiers de la Ville de Québec avaient été appelés par une adolescente de 17 ans qui, paniquée, disait que le couple Milord-Mlebinge voulait la forcer à se prostituer. Ils avaient déjà pris des photos d’elle dans des poses suggestives et placé des annonces. Des clients se sont présentés, mais l’adolescente n’a offert aucun service sexuel.

Conditions précises

Après sa peine, Earlving Milord sera en probation durant deux ans. Le procureur de la Couronne a fait inscrire une kyrielle de conditions afin de prévenir une récidive. Milord n’aura pas le droit de rédiger, d’afficher ou de contrôler des annonces — de quelque nature que ce soit — via Internet ou tout réseau social. 

Il lui sera aussi interdit de communiquer avec des personnes dans un contexte de demande, de planification d’offre de services sexuels rémunérés et il aura l’interdiction de fréquenter des hôtels, des motels ou des logements Airbnb en compagnie de personnes liées à la prostitution.