Six membres de la communauté musulmane de Québec ont été tués dans un attentat dans une mosquée de Sainte-Foy, hier soir.

Un prof de l'UL parmi les victimes

Un professeur de l'Université Laval, Khaled Belkacemi, est tombé sous les balles dimanche soir à la grande mosquée de Québec.
Khaled Belkacemi
Au département des sols et de génie agroalimentaire, le personnel était sous le choc. «Nous, on est sur le qui-vive, on vient de l'apprendre», nous a-t-on simplement indiqué en nous redirigeant vers le service des communications de l'université. «Nous, on ne donnera pas de commentaire.»
Rejointe à son domicile, une proche du professeur Belkacemi venait d'avoir la confirmation de la triste nouvelle. «C'est que douleur et incompréhension», a indiqué la dame avant de fondre en sanglots. Elle n'a pas souhaité en dire davantage souhaitant encaisser le choc en privé.
Formé au Québec et en Algérie, il détenait deux doctorats en génie chimique, selon son curriculum vitae publié par l'Institut de la nutrition et les aliments fonctionnels, dont il était membre.
Aboubaker Thabti
D'autres victimes
L'épicier-boucher Ezzedine Soufiane est aussi mort durant l'attaque, confirme le vice-président du Centre culturel islamique de Québec, Mahammed Labidi.
M. Soufiane, d'origine marocaine, possédait un commerce, l'épicerie Assalam située à 900 mètres de la mosquée.
On compte également le Tunisien Aboubaker Thabti parmi les disparus. Débarqué à Québec en 2012, le pharmacien de formation résidait dans le secteur de Sainte-Foy avec sa conjointe et leurs trois enfants d'âge mineur, deux filles et un petit garçon. L'homme dans le début quarantaine travaillait comme chef d'équipe dans une entreprise et sa femme tenait une garderie en milieu familiale, selon nos informations.
Le petit garçon de sept ou huit ans a obtenu sa nationalité le 3 septembre 2015. M. Thabti avait quitté la Tunisie, pour éviter les guerres et offrir une meilleure éducation à leurs enfants. Il avait fait sa demande d'immigration en 2008.