«Selon les premières informations, le conducteur savait que le planchiste était accroché à son véhicule. Pour une raison que l’on ignore, le planchiste est tombé au sol. Il a été transporté à l’hôpital où on craint pour sa vie», a expliqué le porte-parole de la police de Québec, l’agent David Poitras.

Un planchiste entre la vie et la mort après une séance de car surfing

Un jeune planchiste repose présentement entre la vie et la mort après un accident survenu vers 20h vendredi soir sur la rue des Franciscains alors qu’il serait tombé au sol après avoir circulé accroché à un véhicule automobile, une pratique dangereuse communément appelée «car surfing».

«Selon les premières informations, le conducteur savait que le planchiste était accroché à son véhicule. Pour une raison que l’on ignore, le planchiste est tombé au sol. Il a été transporté à l’hôpital où on craint pour sa vie», a expliqué le porte-parole de la police de Québec, l’agent David Poitras.

Étant donné les circonstances de l’accident, le conducteur, un homme de 20 ans de Québec, a été arrêté et devait être rencontré par les enquêteurs durant la soirée de vendredi. «Il pourrait être accusé de négligence criminelle causant des lésions», indique M. Poitras.

Depuis cinq ans, le gouvernement a modifié la loi pour pénaliser davantage ceux qui pratiquent le car surfing, soit prendre place sur un véhicule en mouvement, dans l’espace de chargement d’une camionnette ou s’agripper à un véhicule en mouvement et se faire tirer sur une planche à roulettes, un traîneau, un sofa ou tout autre objet attaché au véhicule. Les sanctions sont les mêmes pour celui qui s’accroche au véhicule que pour le conducteur qui y consent. Le permis de conduire est alors suspendu pour sept jours, le véhicule saisi et une amende de 1000 $ à 3000 $ ainsi que 12 points d’inaptitude s’ajoutent pour la personne trouvée coupable de cette infraction. Dans les cas plus graves, des accusations de conduite dangereuse ou négligence criminelle peuvent aussi être portées.