Un homme sert une boîte vocale de l'horreur à son ex-patronne

Un homme de Québec, Éric Masson, 32 ans, a été condamné à quatre ans de pénitencier pour avoir rempli la boîte vocale de son ex-patronne de messages sexuels et violents.
À l'automne 2015, Masson avait perdu son emploi dans le domaine de l'alimentation et s'était mis à consommer beaucoup de drogues. 
Il a décidé d'inonder la boîte vocale de l'entreprise pour laquelle il travaillait de messages qui constituent du harcèlement. Une vingtaine de messages tellement agressifs qu'ils donnaient froid dans le dos, a indiqué la procureure de la Couronne Me Annick Dumont.
Éric Masson disait notamment à son ex-patronne qu'il avait le goût de la sodomiser et qu'«il n'y a rien de plus beau au monde qu'une femme qui se fait violer».
L'ex-employeuse a ressenti beaucoup de craintes durant cette période et a vécu des cauchemars. Par la voix de la procureure de la Couronne, elle a tenu à dire au juge Christian Boulet qu'elle ne comprenait pas qu'un homme puisse faire un tel harcèlement pour une perte d'emploi.
Éric Masson a aussi plaidé coupable à des gestes d'exhibitionnisme. Il a suivi une adolescente de 15 ans à sa sortie de l'autobus scolaire, a baissé son pantalon et a commencé à se masturber devant la jeune fille.
Déjà condamné pour menaces de mort
Masson a déjà été condamné à une peine de deux ans de prison en 2001 pour une agression sexuelle et des menaces de mort à Drummondville.
Les spécialistes qui l'ont évalué estiment qu'il présente toujours un fort risque de récidive. 
Après sa peine de pénitencier, Éric Masson devra s'abstenir de fréquenter les parcs et de travailler avec des mineurs. Il sera de plus inscrit au registre des délinquants sexuels.