Le Soleil
Les droits de Capitaine William (notre photo), un chat québécois, sont mieux reconnus par sa province que ceux de Croquette, sa voisine féline ontarienne.
Les droits de Capitaine William (notre photo), un chat québécois, sont mieux reconnus par sa province que ceux de Croquette, sa voisine féline ontarienne.

Un guide sur les droits de pitou et minou

Louis-Denis Ebacher
Louis-Denis Ebacher
Les Coops de l'information
Les droits de Capitaine William, un chat québécois, sont mieux reconnus par sa province que ceux de Croquette, sa voisine féline ontarienne. Malgré tout, encore très peu de propriétaires connaissent la loi adoptée il y a cinq ans par l’Assemblée nationale, qui reconnaît les animaux comme des êtres doués de sensibilité. Pour remédier à cette méconnaissance, deux avocats et trois étudiants de l’Université d’Ottawa ont créé le Guide juridique des chats et des chiens au Québec.