Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Un chien de traîneau volé au Mont-Sainte-Anne

Judith Desmeules
Judith Desmeules
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
«C’est un désastre», lance le propriétaire de Secrets Nordiques. Son plus beau chiot, le plus prometteur, a été volé dans la nuit de samedi à dimanche. 

L’entreprise du Mont-Sainte-Anne offre des expériences d’initiation au traîneau à chiens depuis 25 ans. Sa clientèle est majoritairement composée de familles.

«Nous avons un site ouvert au public, on accueille les gens pour faire visiter nos installations. On veut des chiens bien socialisés. Plus ils voient des visiteurs, plus ils sont respectueux», explique le propriétaire de l’endroit, Bruno Saucier. 

Le chien a été volé dans la nuit de samedi à dimanche. La porte de l’enclos était pourtant bien fermée, le cadenas était intact, mais un chien manquait à l’appel. Il s’agit de Ilutaq, âgé de six mois, le plus gros (et le plus beau!) de la portée.

Ilutaq manque à l'appel depuis dimanche matin. 

Les voleurs ont passé par-dessus la clôture et ont emporté l’animal. Un agent de sécurité surveille les installations, mais Secrets Nordiques a un grand terrain à couvrir.

Il y avait les deux précieuses portées de nouveaux chiens dans l’enclos, ils doivent remplacer les autres travailleurs qui prendront leur retraite dans quelques années.

«On fait de la reproduction, le nombre de chiens est bien défini. Ce n’est pas juste un nombre de chiens dont on a besoin, on cultive la génétique, on les élève», explique M. Saucier.

La disparition de Ilutaq vient chambouler l’équilibre de l’entreprise. Remplacer le chiot est beaucoup plus compliqué qu’on peut penser.

«Ça vaut beaucoup d’argent si on les vendait, mais nous c’est encore plus précieux. Tu choisis les deux parents pour que le chien et ses frères et sœurs aient une certaine grosseur et le bon caractère. Tout pour avoir des chiens plus gentils, on fait le combo parfait.»

Équipe secouée

Il était difficile pour l’équipe de Secrets Nordiques de travailler normalement dimanche. Les employés étaient tous secoués par la nouvelle.

«C’est insultant. On est tous en colère. Mes guides devaient se concentrer sur les invités. Il ne faut pas voir des voleurs partout, on va juste provoquer plus de méfiance. En 25 ans, ce n’est jamais arrivé. Je suis peut-être naïf, j’ai tendance à faire confiance aux gens en général. On veut juste le retrouver», confie Bruno Saucier.

Cette naïveté rend M. Saucier positif : il espère retrouver Ilutaq, il croit que les voleurs peuvent se rendre compte de la gravité de leur geste et regretter leur décision.

«Je pense qu’il va réapparaitre, souffle-t-il. On se tourne vers la bonté des gens. Les gens sont assez brillants pour se rendre compte que ce n’est pas correct ce qu’ils font.»


« En 25 ans, ce n’est jamais arrivé. Je suis peut-être naïf, j’ai tendance à faire confiance aux gens en général. On veut juste le retrouver »
Bruno Saucier, propriétaire de Secrets Nordiques

Le chiot volé a six mois et n’a jamais été séparé de ses frères et soeurs. Le propriétaire de Secrets Nordiques insiste : il ne sera pas heureux dans une maison.

«C’est un chien de travail. Il est fait pour être avec sa meute. Il est tricoté serré», ajoute-t-il.

Lundi, il compte appeler les municipalités voisines et la Société protectrice des animaux, afin qu’elles gardent l’œil ouvert. Il se tourne vers les réseaux sociaux pour que la photo de Ilutaq voyage le plus possible. M. Saucier n'écarte par l'option d'alerter les policiers. 

Les hypothèses se bousculent dans la tête du propriétaire. «Est-ce qu’ils vont le garder, essayer de le vendre? Est-ce que ce sont des gens qui avaient visité nos installations, des jeunes qui veulent faire une blague? On ne sait pas.»

L’événement survient au début de la semaine de relâche, alors que l’entreprise pouvait finalement recommencer ses activités avec un semblant de normalité.

«Tu as treize semaines d’opération par année, la santé publique en coupe déjà quatre. Ça nous fait déjà très mal. On a eu assez de bas cette année, on n’a pas besoin de ça qui s’ajoute», se désole Bruno Saucier.

«On doit être respectueux. On ne doit pas se foutre du mal qu’on fait aux autres, pas en situation de crise», termine-t-il. 

Toute personne qui possède des informations concernant Ilutaq peut communiquer avec Secrets Nordiques au 581 988-5049. 

Ilutaq au repos après une marche en compagnie des bénévoles.
L'enclos des chiots sur le terrain de Secrets Nordiques