Jérémy A. Courchesne a été agressé au parc portuaire de Trois-Rivières.

Un adolescent agressé à Trois-Rivières

TROIS-RIVIÈRES — «J’avais le nez qui pissait le sang, je ne voyais rien. J’ai marché pendant au moins quinze minutes avant que quelqu’un ne me vienne en aide», raconte Jérémy A. Courchesne.

L’adolescent de Trois-Rivières a subi de graves blessures au visage après avoir été battu vendredi vers 18 h 30 au parc portuaire. Selon les proches du jeune de 16 ans, il a été victime d’une agression gratuite. Les blessures subies sont si graves que l’adolescent a dû être opéré d’urgence. Dimanche en soirée, il était toujours à l’hôpital.

«J’étais assis sur un banc. Un jeune homme noir s’est approché de moi et m’a demandé de me battre avec lui. Je ne comprenais pas. Je lui ai dit que je ne voulais pas me battre, qu’il ne m’avait rien fait et que je ne le connaissais même pas. Une dizaine de jeunes ont alors commencé à m’insulter et à me traiter de fif parce que je ne voulais pas me battre», raconte-t-il en hochant la tête.

Il ajoute que c’est à ce moment que les choses ont dégénéré. «Il y a quelqu’un qui m’a saisi par le bras et c’est à ce moment qu’il m’a donné un premier coup de poing. En tombant, je me suis accroché à son bras et là, il m’a roué de coups. J’ai perdu connaissance», précise-t-il.

Laissé pour mort, son porte-feuille et son cellulaire volés, Jérémy A. Courchesne s’est réveillé quelques minutes plus tard.

Il a arpenté le port en demandant de l’aide. Malgré son visage tuméfié, son nez ensanglanté et sa démarche erratique quinze minutes ont été nécessaires avant qu’une personne ne daigne lui offrir son aide selon la victime. «Je trouve cela vraiment ordinaire. Personne n’a aidé mon fils, ils l’ont laissé seul à lui-même», s’exclame Sandra Courchesne, la mère de Jérémy A. Courchesne. 

Une agression filmée

La vidéo de cette agression circule beaucoup sur les réseaux sociaux. On y voit un jeune se faire rouer de coups par une autre personne. Selon ce qu’a confié la famille de l’adolescent, l’agresseur serait inconnu des jeunes qui fréquentent régulièrement le parc portuaire. «Le jeune qui semble tenir mon fils nous a donné sa version et dit que le noir n’avait pas à faire ça.»

«J’ai eu les deux globes oculaires enfoncés et le nez cassé à quatre endroits. Le chirurgien a réussi à remettre mon nez droit, mais il m’a installé des vis sous mes yeux pour que mes os puissent se ressouder. Je vais les avoir pour le reste de ma vie. En ce moment, je ne vois pas bien. J’espère seulement que ça va se replacer», explique l’adolescent.

Son amoureuse, Lindy Boucher, était encore très émotive dimanche. «Il ne répondait pas à son cellulaire. Je n’arrivais pas à le joindre. Lorsque je l’ai appris, je me suis rendue à l’hôpital. Quand je l’ai vu, je me suis mise à pleurer. Je n’en revenais pas. Comment une personne peut faire ça?», questionne-t-elle avec émotion.

Le service de police de la Ville de Trois-Rivières a confirmé qu’une enquête avait été ouverte à la suite d’une plainte samedi matin. Pour l’instant, il s’agit des seules informations que les policiers veulent bien divulguer. Au moment d’écrire ces lignes, aucun suspect n’avait été arrêté. 

«Il semblerait que l’agresseur parte vers Edmonton à la fin de l’école. Il ne faudrait pas qu’il aille faire ça aussi là-bas», soutient sa mère. 

La vidéo de l’agression et la photo du visage tuméfié de l’adolescent ont été vues par des milliers d’internautes depuis sa publication. Les proches de Jérémy A. Courchesne espèrent ainsi que l’agresseur puisse être retrouvé. La mère de l’adolescent invite les personnes qui ont de l’information concernant le présumé agresseur à communiquer avec le service de police.