L’homme accusé d’avoir commis la tuerie dans le Vieux-Québec, Carl Girouard.
L’homme accusé d’avoir commis la tuerie dans le Vieux-Québec, Carl Girouard.

Tuerie du Vieux-Québec: l'accusé subira un examen psychiatrique

Isabelle Mathieu
Isabelle Mathieu
Le Soleil
L’homme accusé d’avoir commis la tuerie dans le Vieux-Québec, Carl Girouard, subira un examen psychiatrique visant à déterminer sa responsabilité criminelle dans les deux meurtres et les cinq tentatives de meurtre du soir de l’Halloween.

L’avocat de Girouard, Me Benoît Labrecque, a annoncé vendredi matin à la juge Sarah-Julie Chicoine de la Cour du Québec qu’il avait mandaté un psychiatre pour expertiser son client afin de déterminer s’il peut présenter une défense de non-responsabilité pour cause de troubles mentaux.

En vertu de l’article 16 du Code criminel, «la responsabilité criminelle d’une personne n’est pas engagée à l’égard d’un acte ou d’une omission de sa part survenu alors qu’elle était atteinte de troubles mentaux qui la rendaient incapable de juger de la nature et de la qualité de l’acte ou de l’omission, ou de savoir que l’acte ou l’omission était mauvais».

Carl Girouard est accusé d’avoir attaqué avec un sabre sept personnes qui ont croisé sa route dans le Vieux-Québec, le soir du 31 octobre. François Duchesne et Suzanne Clermont sont décédés et cinq autres piétons ont été grièvement blessés.

Me Labrecque a dit espérer avoir en main le rapport de son expert le 26 janvier, lors de la prochaine présence à la cour de Girouard. Si c’est le cas, la défense aura la possibilité de faire savoir si elle souhaite un procès, pour présenter ses arguments sur la non-responsabilité criminelle.

Le 5 novembre, alors que plusieurs commentaient la santé mentale de l’accusé, le procureur de la Couronne au dossier, Me François Godin, avait tenu à passer un message. «Dans le Code criminel, il y a une présomption à l’effet que les gens sont réputés être sains d’esprit, rappelait Me Godin, lors d’une déclaration aux médias. Si jamais M. Girouard entend faire valoir une défense à cet effet, il pourra le faire en temps opportun. Au moment où on se parle, il est beaucoup trop tôt pour spéculer.»

Divulgation de preuve presque complétée

Par ailleurs, Girouard, 24 ans, a renoncé à une enquête sous remise en liberté pour les accusations de tentative de meurtre. La juge Chicoine a donc prononcé une ordonnance de détention pour la suite des procédures.

Le représentant du ministère public a indiqué que la divulgation de la preuve était complétée «à 90%». Des résultats d’analyses de prélèvements sanguins sont toujours attendus.