Jean-Roch Barbeau, 69 ans, de Lac-Beauport, a été arrêté en décembre, au terme d’une enquête longue de deux ans, et accusé de contacts sexuels sur trois garçons en République dominicaine entre 2016 et 2018 et de gestes de même nature sur deux adolescents québécois au début des années 1990.

Trois nouveaux plaignants dénoncent Jean-Roch Barbeau

Trois nouveaux plaignants ont dénoncé Jean-Roch Barbeau, portant à huit le nombre d’hommes qui disent avoir été agressés sexuellement par le retraité et ancien guide touristique en République dominicaine depuis trois décennies.

Certains corps de police sont parfois frileux à rendre publiques les arrestations, notamment en matière de crimes sexuels. Les enquêtes sont délicates, les victimes fragiles, plaide-t-on.

La Sûreté du Québec ne peut que se réjouir de la médiatisation du cas de Jean-Roch Barbeau, 69 ans, de Lac-Beauport, arrêté en décembre, au terme d’une enquête longue de deux ans, et accusé de contacts sexuels sur trois garçons en République dominicaine entre 2016 et 2018 et de gestes de même nature sur deux adolescents québécois au début des années 1990.

Trois nouveaux plaignants, tous du Québec, se sont manifestés après avoir lu des reportages au sujet de Barbeau.

Au terme de ce nouveau chapitre de l’enquête, le procureur de la Couronne MMichel Bérubé a déposé sept nouvelles accusations concernant trois autres garçons. Les gestes allégués de grossière indécence, attentat à la pudeur et agression sexuelle auraient été commis entre 1980 et 1985 dans plusieurs endroits, notamment à Saint-Siméon dans Charlevoix, à Tadoussac, à Saint-Pie près de Saint-Hyacinthe, à Pont-Rouge et à Québec.

Les plaignants avaient entre 7 et 11 ans au début de la période des infractions alléguées.

D’autres à venir

La Couronne évalue que d’autres accusations pour d’autres plaignants pourraient être déposées ultérieurement.

Jean-Roch Barbeau devra comparaître mardi au palais de justice de Québec.

Le retraité, qui est sans antécédent judiciaire, pourra conserver sa liberté durant les procédures en continuant de respecter plusieurs conditions. Il lui est notamment interdit de communiquer avec les huit plaignants et il ne peut se trouver dans des endroits fréquentés par des mineurs. Son passeport a été confisqué par les autorités frontalières et il lui est interdit de faire une demande pour en avoir un nouveau.

Toute information au sujet de Jean-Roch Barbeau peut être communiquée à la Centrale de l’information criminelle de la Sûreté du Québec au 1 800 659-4264.