Le lieu où s'est produit l'effondrement a été «sécurisé» avec des cordons rouges.

Six terrains «sécurisés» après l'effondrement d'un mur de soutènement à Sainte-Brigitte-de-Laval

La Ville de Sainte-Brigitte-de-Laval a fait installer des cordons rouges sur six terrains des rues des Hydrangées et des Hémérocalles à la suite de l’effondrement d’un mur de soutènement jeudi.

«Le terrain de la résidence de la rue des Hydrangées, où s’est passé l’effondrement, ceux de ses deux voisins et ceux de trois terrains de la rue des Hémérocalles, dont celui où a eu lieu le glissement de terrain qui a provoqué la chute du mur, ont été “sécurisés” avec des cordons rouges. La sécurité civile de Sainte-Brigitte a délimité les lieux pour ne pas qu’un autre événement malheureux se produise.», a expliqué au Soleil le maire Carl Thomassin.

Celui-ci était soulagé que l’effondrement n’ait causé que des dégâts matériels et que personne n’ait été blessé. «On parle d’un incident malheureux qui fait renaître certaines inquiétudes, mais je pense que ce n’est qu’un incident», poursuit-il.

«On va demander à un ingénieur d’aller constater les risques, de planifier la reconstruction du mur de soutènement et de s’assurer que ce soit fait selon les normes.» 

Le 15 mars, une entente était intervenue entre les assureurs de 34 citoyens, les promoteurs, la Municipalité et Hydro-Québec concernant le partage des coûts de la reconstruction des murs de soutènement.

«C’est complexe. L’entente sera respectée, mais il y a de nouveaux éléments avec cet effondrement. Avant de retoucher au mur, ça devra être regardé par les procureurs et il faudra que toutes les parties au dossier se parlent», indique M.Thomassin.

Les murs de soutènement étaient bordés depuis le 31 mai 2013 par une banderole de sécurité jaune qui condamnait la partie arrière de 34 terrains. Leurs propriétaires reprochaient aux promoteurs d’avoir fait aménager en 2010 derrière leurs résidences des murs mal construits et non conformes aux règlements municipaux.