Senator Don Meredith, pictured here in an undated handout photo, has been referred to the Senate ethics officer. The Senate was reeling from another scandal Thursday as published allegations that Sen. Don Meredith was having a sexual relationship with a 16-year-old girl were referred to the Senate ethics officer. THE CANADIAN PRESS/HO-PMO

Scandale de nature sexuelle: la démission du sénateur Meredith réclamée

Le leader du gouvernement au Sénat, Peter Harder, a écrit au sénateur Don Meredith pour lui demander de démissionner, à la suite du scandale qui a éclaté concernant la relation de nature sexuelle qu'il a eue avec une fille de 16 ans.
La conseillère sénatoriale à l'éthique, Lyse Ricard, a publié un rapport jeudi sur la conduite du sénateur Meredith, dans lequel elle conclut qu'il a contrevenu au code d'éthique de l'institution en entretenant une relation personnelle et sexuelle avec une fille vulnérable.
Dans une déclaration écrite, le sénateur Harder qualifie les comportements du sénateur Meredith de «troublants, inacceptables et qui n'ont pas leur place dans la société canadienne et certainement pas au Sénat».
Dans le rapport, on mentionne que le sénateur Meredith s'est servi de son téléphone portable fourni par le Sénat pour échanger des messages textes explicites avec la jeune femme, qu'il a aidée à obtenir un stage sur la colline parlementaire.
Le sénateur Harder a dit accepter les conclusions du rapport et a demandé au Comité sénatorial permanent de l'éthique et des conflits d'intérêts de se réunir «dès que possible» pour étudier le dossier et formuler des recommandations à l'ensemble du Sénat quant à d'éventuelles sanctions à imposer au sénateur Meredith.
Il lui a néanmoins demandé par lettre de démissionner.
De même, il a salué le courage de la victime qui a porté cette histoire à l'attention du Parlement et du public.
De son côté, le sénateur conservateur David Wells a qualifié les agissements du sénateur Meredith de «dégoûtants» et s'est dit d'accord avec la demande de démission qui lui a été adressée. «Je serais déçu de le voir encore arpenter les couloirs du Sénat», a-t-il lancé.