La Sûreté du Québec a procédé à l'arrestation de Frédéric Gas après être intervenue lundi vers 13h pour une personne retrouvée «inconscience» dans une résidence de la rue Bellevue. 

Saint-Lambert-de-Lauzon: le fils accusé de meurtre prémédité

Au lendemain de la mort de Claude Gas, 67 ans, dans une résidence de Saint-Lambert-de-Lauzon, Frédéric Gas a comparu mardi après-midi pour être accusé du meurtre prémédité de son père.
Le suspect avait les cheveux ébouriffés et le regard fixe au moment de sa courte comparution au palais de justice de Québec. Son avocate, Me Marie-Pier Bertrand, du bureau de l'aide juridique de Québec, a reçu une partie de la divulgation de la preuve et a demandé à ce que le dossier soit reporté au 13 octobre. Frédéric Gas, 24 ans, demeure détenu d'ici là. Une potentielle demande de remise en liberté durant les procédures devra se faire en Cour supérieure.
À la fin de la comparution, un ami du jeune accusé s'est levé et a lancé : «Lâche pas, Gas!» avant de sortir de la salle d'audience.
Par un drôle de hasard, le nom de Frédéric Gas était déjà inscrit au rôle du 29 août avant les terribles événements; il avait signé une promesse de comparaître à cette date pour des accusations de bris de probation et de possession de drogue. L'homme a par ailleurs une quinzaine d'antécédents judiciaires à son actif, notamment pour des vols.
Rappelons que la Sûreté du Québec (SQ) est intervenue lundi vers 13h pour une personne retrouvée «inconscience» dans une résidence de la rue Bellevue. À quelques kilomètres de là, sur la rue des Explorateurs, la SQ a par la suite procédé à l'arrestation de Frédéric Gas.
Il s'agit du deuxième meurtre à se produire dans Chaudière-Appalaches en quatre jours.
Gentil, malgré ses problèmes
Selon des connaissances du suspect contactées par Le Soleil, l'homme de 24 ans souffre de problèmes mentaux et de problèmes de consommation depuis de nombreuses années.
«Il m'a déjà fait peur, Frédéric», témoigne en ce sens Alexandre Cloutier. Après avoir fumé un peu de pot, «ça a dégringolé, il a commencé à me regarder bizarrement, et pendant trois jours après ça, il niaisait dans les rues, il tournait en rond partout. On ne le reconnaissait pas. [...] Il était absent.»
Malgré cela, Alexandre tient à préciser que Frédéric Gas «était vraiment gentil». Un jeune homme «qui avait besoin d'aide» après être tombé dans la consommation de drogues. 
Le suspect aurait également vécu de nombreux problèmes avec ses parents au fil des ans. Selon Alexandre Cloutier, «sa mère protégeait beaucoup Frédéric, mais son père, lui, n'était plus capable de le voir à la maison.»
«J'ai parlé à sa mère il y a environ cinq mois», ajoute Stéphany Thériault, qui connaît elle aussi la famille Gas. «Elle m'a dit qu'il sortait de désintox, que ça allait mieux et qu'il était de retour chez eux [chez ses parents].»