Rentrée tragique à Saint-Pamphile

Les élèves et le personnel de l'école secondaire La Rencontre de Saint-Pamphile vivent un deuil collectif à la suite du décès tragique de l'une des leurs, Nika Morin, conseillère en orientation, heurtée par un conducteur ivre mercredi.
Les cours étaient suspendus jeudi au lendemain du drame survenu vers 16h30 au moment où la dame de 41 ans revenait de l'école où elle travaille depuis une dizaine d'années. Elle marchait en compagnie d'une amie en bordure de la rue Principale, à Saint-Pamphile, lorsque le chauffard l'a happée mortellement. Elle a été conduite au centre hospitalier où son décès a été constaté.
La nouvelle de ce décès a causé une véritable commotion à l'établissement scolaire qui compte 250 élèves de la 1re à la 5e secondaire. «Le personnel est entré au travail, mais les cours sont suspendus pour la journée», expliquait jeudi le directeur de la commission scolaire de la Côte-du-Sud, André Chamard. «C'est comme une retraite fermée pour échanger sur le sujet et planifier le retour des élèves vendredi», ajoute-t-il.
La situation est autant plus dramatique que le conjoint de la victime est membre du personnel de la même école et que les deux enfants du couple fréquentent l'établissement.
Aide psychologique
M. Chamard assure que les mesures nécessaires sont prises pour apporter l'aide psychologique à tout élève, employé ou même parent d'élève qui en ferait la demande. «On se connaît tous. Imaginez, les élèves fréquentent les enfants de Mme Morin. Ce sont des amis, des collègues.»
Jeudi, la direction de l'école préparait aussi un événement qui pourrait permettre à tous de se recueillir et de discuter de ce décès tragique au retour des élèves.
Par voie de communiqué, la commission scolaire de la Côte-du-Sud mentionne que Mme Morin était «estimée de ses collègues, aimée de ses élèves et très impliquée dans son milieu, nous vivons tous difficilement cette lourde perte».
L'accusé comparaît
Jimmy Pelletier, 44 ans, de Sainte-Perpétue, municipalité voisine de Saint-Pamphile, a comparu, jeudi, au palais de justice de Montmagny pour répondre à une accusation de conduite avec les capacités affaiblies causant la mort.
L'homme, qui connaîtrait sa victime, est un récidiviste en matière d'alcool au volant. Il a été reconnu coupable de conduite avec les capacités affaiblies en 1993.
Le procureur de la Couronne s'est opposé à la remise en liberté de l'individu. Il reviendra devant la Cour mardi pour y subir son enquête sur remise en liberté.