Il y a un mois, Angélique Deschênes, une femme habitant dans ce secteur de Lac-Saint-Charles, a été portée disparue.

Recherches suspendues à Lac-Saint-Charles

Les recherches pour retrouver Angélique Deschênes, disparue depuis vendredi soir à Lac-Saint-Charles, sont suspendues.
«Il n'y aura pas de recherches aujourd'hui, mais l'enquête se poursuit», a confirmé Paul Ouimet, lieutenant au Service de police de la Ville de Québec (SPVQ), dimanche matin.
Le SPVQ a déployé samedi une vaste opération afin de localiser la dame de 43 ans, sans succès. Poste de commandement, maître-chien, motoneiges et plusieurs agents ont été mobilisés pour participer aux recherches aux côtés des proches de la disparue.
Même un hélicoptère de la Sûreté du Québec est venu prêter main-forte aux policiers municipaux samedi après-midi. Malgré tout, Angélique Deschênes est restée introuvable.
Crainte pour la sécurité
Cette dernière a quitté son domicile à pied à 17h20, vendredi, sans argent, ni cartes bancaires, ni téléphone cellulaire. Elle a été aperçue pour la dernière fois à l'angle de la rue Lepire et du boulevard de la Colline, dans le secteur de Lac-Saint-Charles. «Nous avons des raisons de craindre pour sa sécurité si elle ne reçoit pas les soins appropriés à son état. Elle se déplace en boitant du pied droit», répètent les autorités.
Même si le travail de terrain est suspendu, M. Ouimet a assuré que «des enquêteurs sont sur le dossier». Ces derniers maintiennent leur demande d'aide du public afin d'obtenir des indices. «Nous demandons aux résidents du secteur [boulevard de la Colline, rue Lepire] de faire le tour de leur terrain.»
La députée de Chauveau, Véronyque Tremblay, a fait écho aux demandes des policiers, dimanche, en invitant les citoyens de sa circonscription à ouvrir l'oeil. «J'ai parlé avec quelques membres de sa famille aujourd'hui sur le terrain, ils sont très inquiets», a-t-elle écrit sur sa page Facebook.
Selon les informations qui parviendront aux policiers, il n'est pas exclu que les recherches reprennent dans les prochains jours.