Renald Lambert, à qui il est pour l'instant interdit par la cour de pratiquer la massothérapie, a commencé jeudi à subir son procès.

Quatre clientes contre leur massothérapeute

Le massothérapeute Renald Lambert a-t-il transformé des massages de détente en agression sexuelle? Quatre clientes de l'Amérispa et du Sky Spa affirment avoir subi des attouchements sexuels.
L'homme de 47 ans, à qui il est pour l'instant interdit par la cour de pratiquer la massothérapie, a commencé jeudi à subir son procès.
Une première cliente, aujourd'hui âgée de 27 ans, a raconté avoir reçu un massage de Renald Lambert le 29 décembre 2009 à l'établissement Amérispa du Château Bonne Entente.
Selon la jeune femme, le massothérapeute lui a massé les fesses et les seins avant d'insérer un doigt dans son vagin. «J'enlève sa main, et il la remet à une ou deux reprises», affirme la cliente.
Très mal à l'aise, la cliente dit avoir porté plainte au spa. Le massothérapeute a été congédié.
Cette cliente n'a appelé la police qu'après la médiatisation de l'arrestation du massothérapeute, en 2016. Au moment de l'événement, elle dit ne pas avoir osé, car comme Lambert avait son adresse pour lui émettre un reçu, «j'avais peur qu'il me fasse du trouble».
La deuxième plaignante est allée se faire masser au Sky Spa, au 17e étage du complexe Jules-Dallaire, en novembre 2014. Renald Lambert lui aurait massé les fesses durant plusieurs minutes. «Après le massage, j'avais honte, j'essayais de me convaincre que tout était normal», a témoigné la cliente. 
Elle n'a pas contacté le Sky Spa ni porté plainte à la police. «Je n'étais pas certaine, car je ne savais pas si ça pouvait être normal, si ça pouvait être un malentendu.»
La jeune femme dit avoir été lourdement affectée par l'événement; elle a subi un choc post-traumatique et souffre désormais de phobie sociale.
La troisième cliente, une étudiante de 24 ans, s'est présentée au Sky Spa le 15 novembre 2015. C'était son deuxième massage à vie.
Elle affirme que le massothérapeute a frôlé son pubis, «peut-être que c'était accidentel». Par la suite, Lambert lui aurait massé les seins à au moins trois reprises. «Je me sentais coincée», a-t-elle témoigné, très émue.
Après le massage, la jeune femme dit avoir immédiatement confié son malaise à l'amie qui l'accompagnait.
Une quatrième plaignante a raconté son massage reçu au Sky Spa le 19 décembre 2015. Elle a demandé à Renald Lambert d'arrêter le massage lorsque, allègue-t-elle, il a touché son pubis. 
La jeune femme a aussitôt alerté un copropriétaire du Sky Spa, qui a avisé la police. 
Le massothérapeute d'expérience a été congédié par l'établissement.
Renald Lambert, un homme sans antécédent judiciaire, suit le procès sans broncher, se contentant de prendre des notes.
Le procès se poursuit vendredi.