Le procès du sénateur Patrick Brazeau pour conduite avec capacités affaiblies par l’alcool, qui devait avoir lieu jeudi, a été remis parce que son avocat s’est cassé deux doigts lors d’un exercice de combat, la veille.

Procès remis pour un doigt cassé

Si Patrick Brazeau a perdu son combat de boxe par décision contre Justin Trudeau en 2012, son avocat a perdu par abandon, lors d’un exercice de karaté, mercredi.

Un jeune karatéka anonyme a empêché la tenue du dernier procès criminel impliquant le très médiatisé sénateur Patrick Brazeau. Son procès pour conduite avec capacités affaiblies par l’alcool, qui devait avoir lieu jeudi, a été remis parce que son avocat s’est cassé deux doigts lors d’un exercice de combat, la veille.

Me Christian Deslauriers, qui représente le sénateur Brazeau, s’est présenté au palais de justice de Gatineau, avec des bandelettes au majeur et à l’auriculaire de la main droite.

L’avocat, droitier, était flanqué de son client, en début de journée.

Dans n’importe quel procès, les avocats de la défense et du ministère public prennent de nombreuses notes écrites, que ce soit lors de témoignages ou des plaidoiries de la partie adverse.

La Couronne ou la défense peuvent demander au juge de remettre la cause pour de nombreuses raisons, que ce soit l’absence d’un témoin-clé, ou d’autres raisons hors de contrôle du tribunal.

Tous étaient prêts à procéder, jeudi. Sauf que Me Deslauriers a demandé au juge Mark Philippe de remettre le dossier.

« Il arrive, monsieur le juge, que j’ai eu un accident de karaté, hier (mercredi). J’ai un doigt cassé, peut-être deux, et je ne suis pas capable d’écrire ».

Le juge Philippe a noté la requête, sourire en coin. « Je comprends que vous n’êtes pas capable d’écrire de la main gauche ? »

Le procureur de la Couronne, Me François Santerre, a consenti à ce que la cause soit remise, mais a insisté pour que ce délai soit attribué à la défense. En cette ère des requêtes Jordan pour délais déraisonnables, le ministère public a tenu à ce qu’il soit bien indiqué, dans le procès-verbal, que cette demande provenait de la partie adverse.

« J’observe, a dit Me Santerre, qu’il a les deux doigts dans un verre de glace ».

L’audience a pouffé de rire. Le tribunal a accepté de remettre le dossier. Il semble, selon les échos de couloirs du palais de justice, que Me Deslauriers a bloqué maladroitement une attaque d’un karatéka plus rapide que lui.

L’affaire doit être entendue en 2018.

Devant la justice

Patrick Brazeau doit répondre à un chef d’accusation de refus de fournir un échantillon d’haleine.

Les faits reprochés se sont produits le 3 avril 2016, entre L’Ange-Gardien et Mayo. M. Brazeau a été arrêté par la Sûreté du Québec vers 7 h 30, sur la route 148, à la suite d’un ratissage policier.

Le sénateur a été acquitté d’une première accusation de conduite avec les capacités affaiblies, à Gatineau, le 27 avril 2017.

Il a déjà reçu une absolution dans une cause de violence conjugale et de possession de drogue.

Il a aussi été blanchi des accusations de fraude et de dépenses injustifiées au sénat, en 2016.