Six mois avant le drame, une inspection mécanique aurait révélé l'usure des freins du Volvo 1997. Le gros porte-conteneur accidenté a subi une inspection mécanique deux jours après l'accident. Les mécaniciens ont noté 17 défectuosités majeures et 22 défectuosités mineures.

Procès pour négligence criminelle: souvenir d'une panne mémorable

Le camionneur Michel Guérin se rappelle comme si c’était hier du 16 avril 2012, lorsque son fardier est tombé en panne dans la côte d’Abraham à Québec, bloquant les quatre voies de circulation en pleine heure de pointe, dit-il.

Un dixième ex-employé de CFG Construction est venu décrire mardi les problèmes mécaniques des véhicules de l’entreprise, qui subit son procès pour négligence criminelle ayant causé la mort d’un travailleur.

Selon le camionneur Guérin, un bris du tuyau amenant l’huile hydraulique est à l’origine de la panne mémorable. «La “hose” était usée, estime le camionneur. Ça ne lâche pas de même, quand on est en ligne droite.» 

En plus de récupérer l’huile sur la chaussée, les pompiers de Québec ont même dû remorquer le poids lourd, se rappelle le camionneur.

Lorsque l’employé a appelé le patron de CFG Construction, Clément Glode, aujourd’hui décédé, il se serait fait répondre qu’il n’avait qu’à se débrouiller. 

Il y avait clairement trop d’entretien à faire chez CFG Construction pour un seul mécanicien, juge M. Guérin. «Ça aurait pris deux ou trois mécaniciens 24 heures par jour!»

L’entreprise CFG Construction est accusée d’avoir, par sa conduite téméraire et déréglée, causé la mort du camionneur Albert Paradis, dont le vieux camion aux freins déficients, selon la poursuite, s’est renversé dans une côte du chantier éolien de Beaupré en septembre 2012.