Anthony Ricard Bérubé plaide non coupable aux deux accusations portées contre lui, dont celle de conduite dangereuse ayant causé la mort.

Procès d’Anthony Ricard Bérubé: les deux procureurs ne s’entendent pas

RIMOUSKI – Les procédures entourant le procès d’Anthony Ricard Bérubé, accusé de conduite dangereuse ayant causé la mort d’André Fortier, un homme de 70 ans de Québec, sont retardées.

Lundi, au palais de justice de Rimouski, l’avocate de l’accusé, Me Caroline Bérubé, a demandé au tribunal de fixer deux dates de procès, soit un pour chaque dossier. Mais, comme la Couronne s’est objectée, le juge a ordonné une conférence de gestion qui se tiendra à huis clos jeudi entre les parties pour fixer la ou les dates du procès.

La conférence de gestion, qui sera présidée par le juge, consistera à permettre aux parties de préciser les questions en litige et d’identifier les moyens propres à simplifier la procédure et à abréger l’audition du dossier pénal.

Le litige tourne autour des deux accusations portées contre le jeune homme de 20 ans, soit conduite dangereuse et conduite dangereuse ayant causé la mort. Originaire de Sainte-Angèle-de-Mérici, près de Mont-Joli, Ricard Bérubé plaide non coupable à ces deux accusations. Il a opté pour un procès devant juge sans jury. Le conducteur, qui résidait à Drummondville au moment de l’accident, a toujours nié avoir conduit dangereusement. Il allègue que l’accident survenu le 29 mai à Saint-Simon, près de Trois-Pistoles, a été causé lorsqu’il s’est endormi au volant.