L'avocat de Pierre Lévesque, Me Alain Dumas, a tenté de convaincre les trois juges de la Cour d'appel mardi que le juge de ce troisième procès avait lui aussi commis des erreurs, en omettant de faire une directive au jury sur le caractère douteux du témoignage du complice Shawn Denver.

Pierre Lévesque veut en appeler... encore

Reconnu coupable par un troisième jury du meurtre de Béatrice Lavoie, Pierre Lévesque en appellera, à nouveau, de ce verdict de culpabilité.
L'avocat de Pierre Lévesque, Me Alain Dumas, a confirmé au Soleil mardi qu'il allait déposer son avis devant la Cour d'appel d'ici la fin de la semaine. 
Dans les causes de meurtre, le condamné n'a pas à obtenir la permission de la Cour d'interjeter appel; il s'agit ici d'un appel de plein droit, qui doit être exercé dans les 30 jours suivant le verdict.
Après deux jours de délibérations, Pierre Lévesque, 47 ans, a entendu le 20 juin dernier les jurés le déclarer coupable du meurtre au premier degré de la septuagénaire Béatrice Lavoie et de l'homicide involontaire de son mari, l'octogénaire Maurille Lepage. Le juge François Huot l'a, de nouveau, condamné à l'emprisonnement à perpétuité. Le magistrat a pris soin de rappeler à Lévesque que «ce n'est pas 12, ni 24, mais bien 36 de vos pairs qui vous ont jugé».
Le couple âgé a été retrouvé dans sa maisonnette de Val-Bélair le 9 avril 1994, ligoté et ensanglanté.
Mme Lavoie était morte tandis que M. Lepage a succombé à ses blessures 13 jours plus tard.
Pierre Lévesque et son complice Shawn Denver ont été arrêtés le 8 avril 2003. Lévesque a subi un premier procès en 2004 et, après avoir porté sa cause en appel, un second en 2008. Denver a subi deux procès et a été reconnu coupable du meurtre au premier degré de Maurille Lepage.
En raison de failles dans les directives du juge au jury, la Cour suprême a ordonné un troisième procès pour Pierre Lévesque. L'audition s'est tenue durant moins de 10 jours, en juin. Cette fois-là, le juge François Huot a pris presque une journée complète pour livrer ses consignes en droit aux 12 jurés.
Lors du troisième procès, Lévesque a reconnu avoir pénétré de force chez les gens âgés dans le but de voler leur argent. Il nie vigoureusement avoir eu l'intention de tuer quiconque et affirme que c'est Shawn Denver qui a battu à mort les victimes.
Son avocat a ainsi plaidé que son client devait être reconnu coupable d'homicide involontaire sur les deux victimes et non de meurtre.
Le procureur de la Couronne Me René Verret a lui plaidé que Lévesque, tout comme Denver, est entré «comme un enragé» chez M. Lepage et Mme Lavoie et a commis un meurtre au premier degré.