Petites créances : 2500 $ pour une soupe aux bibittes

Le Tribunal a accordé 2500 $ en dommages moraux à un couple d'Amqui qui a découvert des insectes et des larves dans un sac d'orge... après en avoir mangé.
La soupe à l'orge préparée par Karine Bérubé le 25 janvier n'a pas eu le succès escompté auprès de sa petite famille de trois enfants et de son époux. Chose certaine, des insectes et des larves ne figuraient pas dans la liste des ingrédients. 
C'est son mari, Marco Lévesque, qui a relevé la présence des insectes. À partir des informations tirées du jugement, la scène pouvait ressembler à ceci. «Il y a des insectes dans la soupe», avise M. Lévesque. «Non, ce sont des épices», rétorque madame. «Tes épices ont-elles des pattes», questionne alors son conjoint.
Le juge décrit ainsi la suite des événements. «Mme Bérubé prend panique et fait une crise. Les enfants sont affolés et se mettent à pleurer. Puis monsieur Lévesque se dirige vers le garde-manger, apporte le sac pour l'ouvrir au comptoir. À ce moment, des larves blanches sortent du sac et il peut voir plus ou moins 100 insectes ayant l'apparence de coléoptères. L'orge est broyée au fond. Il referme le sac.
«Ils se mettent à avoir mal au ventre, des haut-le-coeur, mais se ressaisissent, poursuit le magistrat. Ils réconfortent les enfants en leur disant que des insectes «c'est drôle» pour calmer la situation de crise.»
Le couple rapporte le sac d'orge Le Choix du Président Menu Bleu acheté au Maxi d'Amqui. La direction offre un chèque-cadeau de 150 $ pour les inconvénients, qui n'ont pas cessé la journée même. Le couple a découvert des insectes les jours suivants et a dû jeter le contenu du garde-manger.
Dans sa décision, le juge estime que Le Choix du Président «a failli dans son obligation de fabriquer des aliments exempts de corps étrangers et de garantir la qualité de son produit». Il considère «particulièrement déplaisant de découvrir un corps étranger dans un aliment que l'on est en train de manger. La découverte d'insectes dans un bol de soupe provoque dégoût, répugnance et haut-le-coeur».
Pour ces raisons, il accorde au couple des dommages moraux de 2500 $ «découlant du stress et de l'anxiété provoqués par la découverte de ces insectes, et ce, dans des circonstances particulièrement répulsives».