Les deux derniers jeunes accusés seront expulsés l'an prochain.

Pères Maristes: les deux derniers jeunes pas réadmis l'an prochain

Le Séminaire des Pères Maristes a décidé de ne pas réadmettre, pour l’an prochain, deux étudiants coupables dans l’histoire du partage des photos d’étudiantes nues.

Les deux élèves de troisième secondaire étaient les derniers, parmi les cinq accusés en chambre de la Jeunesse, à fréquenter encore l’école privée de Sillery.

En août, avant le dépôt des accusations, ils avaient obtenu une ordonnance de la cour pour être réintégrés, comme la direction de l’école le leur avait promis à la fin de l’année scolaire avant de changer d'idée sous la pression populaire.

Les trois garçons avaient une série de conditions à respecter, notamment de ne pas communiquer avec les plaignantes. Aucune des trois plaignantes n’a entrepris l’année scolaire 2018-19 au Séminaire des Pères Maristes.

L’un des trois garçons a été expulsé en décembre. La direction de l’école privée a affirmé que l’élève « aurait commis des gestes inappropriés », en rupture avec les conditions émises par le tribunal. Aucune accusation n'a été portée.

La direction du Séminaire des Pères Maristes et les parents des deux derniers jeunes étaient de retour en salle de cour lundi pour, espérait-on, obtenir le renouvellement, jusqu’à la fin de l’année, de l’ordonnance de la cour qui arrivait à échéance après six mois. L’avocate des parents, Me Élie Tremblay, a précisé à la cour qu’elle avait négocié jusqu’à la dernière minute avec l’école pour en venir à une entente. C’est, selon Me Tremblay, le Séminaire qui a choisi de transporter le débat au tribunal.

Me Marianne Lefrançois, mandatée par le Séminaire, a indiqué lors de l’audience que, pour l’année scolaire 2019-20, le contrat de services éducatifs des deux élèves ne serait pas renouvelé. Ils ne seront donc pas réadmis.

Selon nos informations, les parents des garçons ont été avisés de cette décision par le Séminaire seulement lundi matin, après le début de l’audience.

Ces deux garçons ont plaidé coupable à la fin novembre au leurre informatique et au partage de photos intimes sans le consentement.

L’un d’eux doit avoir ses représentations sur la peine cette semaine.

L’autre reviendra à la cour à la fin mars, aussi à l’étape des représentations sur la peine.

Pas d’ordonnance

Le juge Daniel Dumais de la Cour supérieure a refusé de renouveler son ordonnance et a renvoyé la direction du Séminaire faire ses devoirs.

« À tous les jours, dans les écoles, il y a des décisions qui se prennent, des étudiants qui se font mettre dehors, fait remarquer le juge Dumais. Ça ne prend pas la cour pour entériner ça! »

Les avocates des parents et du Séminaire transmettront sous peu un entente à homologuer par la cour pour terminer l’année scolaire.