L'expression «drogues de synthèse» désigne des molécules chimiques concoctées en laboratoire, comme l'ecstasy et le fentanyl (photo), par opposition aux substances qui proviennent de la nature, comme le cannabis.

Peine de deux ans pour trafic de fentanyl

Un fournisseur de fentanyl, Jean-Louis Simard, écope d'une peine de deux ans de pénitencier pour avoir fait le trafic à Québec de cette drogue chimique souvent létale.
Simard, 66 ans, s'est fait prendre il y a un an à remettre à son vendeur 270 comprimés de «p'tite bleue», le surnom des comprimés illégaux de fentanyl.
La police de Québec avait amorcé une enquête au printemps après avoir constaté l'arrivée dans les rues d'une nouvelle drogue de synthèse, qui allait contribuer au décès de quatre toxicomanes. Les comprimés marqués du A215 se vendaient 20 $ l'unité.
Des agents d'infiltration ont conclu une transaction avec Henri Vallerand, le vendeur, qui les a éventuellement menés à son fournisseur, Jean-Louis Simard.
Vallerand a rapidement plaidé coupable aux accusations et s'est vu imposer une peine de trois ans de prison.
Simard, qui lui n'a pratiquement pas d'antécédents judiciaires en matière de stupéfiants, a choisi de reconnaître sa culpabilité le matin de son procès.
Son avocat, Me Sébastien Saint-Laurent, et le procureur de la Couronne Me Jean-Simon Larouche se sont entendus pour proposer une peine de deux ans, dont il restera six mois à purger, afin de tenir compte de la nocivité reconnue du fentanyl.
«Une dame qui s'injectait a dit aux policiers que la première fois qu'elle a pris du fentanyl, elle a perdu connaissance», a relaté le procureur de la Couronne.
Produit nocif
En acceptant la peine suggérée, le juge Jean Asselin a répété au trafiquant que des gens mouraient après avoir pris la drogue qu'il a contribué à répandre. «Je pense que vous avez compris la nocivité du produit et vous allez en payer les conséquences», a dit le magistrat.
Une récente étude du Centre canadien de lutte contre les toxicomanies a démontré qu'un Canadien meurt en moyenne tous les trois jours en raison d'une surdose impliquant le fentanyl.
Cet opioïde 40 fois plus puissant que l'héroïne et 100 fois plus que la morphine a tué 655 personnes entre 2009 et 2014.