Marc Bédard a plaidé coupable à l'accusation de méfait public pour avoir inventé une histoire d'aiguille trouvée dans les bonbons de ses enfants à l'Halloween.

Pas une sentence bonbon

Le père de famille qui avait inventé l'histoire de l'aiguille trouvée dans les bonbons de ses enfants à l'Halloween écope d'une peine de 90 jours à purger les fins de semaine.
Marc Bédard, 26 ans, a plaidé coupable à l'accusation de méfait public, un crime commis pour attirer l'attention, a-t-il dit.
«Vous avez causé une certaine panique, pour ne pas dire une panique certaine», a commenté le juge Jacques Ladouceur de la Cour du Québec.
Quatre enquêteurs ont été mobilisés sur ce faux crime pendant quatre jours, jusqu'à ce que Bédard avoue son mensonge.
C'est la deuxième fois que l'individu est coupable de méfait public; il avait déjà déclenché une alerte Amber en alléguant une fausse histoire d'enlèvement d'enfant.
Après sa peine, Bédard sera en probation 18 mois et devra faire une thérapie pour tenter de régler son problème de dépendance aux opiacés.