Patrick Côté ne pourra bénéficier d'une libération d'office complète.

Pas de libération d’office complète pour l’ex-hockeyeur Patrick Côté

L’ancien dur à cuire Patrick Côté, dont la vie a pris un mauvais tournant depuis la fin de sa carrière dans la Ligue nationale de hockey, ne pourra bénéficier d’une libération d’office complète et devra purger le reste de sa peine de près de six ans de prison dans un centre correctionnel communautaire ou un centre résidentiel communautaire sans privilège de sortie.

Comme tous les détenus, Côté était admissible à une libération d’office après avoir purgé les deux tiers de sa peine en décembre. Après avoir analysé son dossier, la Commission des libérations conditionnelles du Canada a cependant décrété que l’ancien ailier des Harfangs de Beauport, des Predators de Nashville, des Stars de Dallas et des Oilers d’Edmonton représentait un trop grand risque et l’a obligé à demeurer dans un centre communautaire en plus de fixer d’autres conditions sévères à son transfert du pénitencier.

Il faut dire que Côté avait déjà bénéficié de la libération d’office pour des crimes antérieurs et que, chaque fois, il avait commis un autre crime qui l’avait renvoyé derrière les barreaux, parfois quelques jours seulement après sa libération. Emprisonné 180 jours pour voies de fait graves suite à une bagarre dans un bar en 2009, il avait été libéré d’office une première fois, puis renvoyé en prison deux jours plus tard pour manquement aux exigences de sa surveillance. À sa deuxième libération d’office pour la même sentence, il avait tenu six jours avant d’être à nouveau emprisonné pour refus de se conformer à la surveillance.

Cette fois, c’est un vol  d’automobile et des vols à main armée dans des institutions bancaires qui avaient mené Côté en prison en 2014, une sentence qui était originalement de deux ans, six mois et six jours. Libéré d’office en février 2016, il n’a pas respecté son couvre-feu et ne s’est pas présenté à la maison de transition. De plus, il a commis deux vols qualifiés alors qu’il était en liberté illégale. Il a donc une fois de plus été renvoyé en prison et sa peine a été augmentée. En octobre 2016, il a tenté d’étrangler un autre détenu au pénitencier de Donnacona et un agent correctionnel a dû tirer une balle sur lui afin de mettre fin à l’agression, qui a valu à Côté de voir neuf mois additionnels s’ajouter à sa peine en plus d’être transféré dans un pénitencier des Maritimes. 

Pas d’amélioration

Après avoir analysé le dossier, la Commission des libérations conditionnelles estime que Côté présente un risque élevé pour la récidive violente  et qu’il n’a pas encore été en mesure de montrer des améliorations mesurables ou durables par rapport aux facteurs de risque identifiés dans son cas. «En fait (...), vous démontrez peu ou pas de motivation pour apporter des changements à votre mode de vie indulgent, criminel et axé sur la toxicomanie et sur la gratification de vos moeurs», écrit le commissaire Marc Francis LeBlanc.

De plus, M. Leblanc ajoute que d’après le Service correctionnel du Canada, Côté ne démontre aucune volonté de changement et ne présente aucune empathie envers les victimes de ses délits. «Vous avez l’intention de reprendre vos activités criminelles ainsi que votre consommation d’intoxicants, qui a fait preuve d’augmenter votre potentiel de violence», souligne M. LeBlanc. 

Côté devra donc également s’abstenir de consommer de l’alcool ou des drogues, conserver un emploi rémunéré, en chercher un ou poursuivre ses études, ne pas rencontrer des personnes impliquées dans des activités criminelles et ne pas fréquenter les débits de boisson en plus de fournir toutes les informations sur ses finances personnelles à son surveillant de libération conditionnelle.

Pente descendante

Maintenant âgé de 44 ans, l’ex-hockeyeur originaire de LaSalle avait débuté sa carrière dans la LNH en 1995-1996 dans l’uniforme des Stars de Dallas, mais c’est avec les Predators de Nashville qu’il a fait sa marque, disputant 91 matchs répartis sur deux saisons durant lesquels il a marqué un but, obtenu une aide et cumulé 312 minutes de pénalité. En 1998-1999, Patrick «K.O.» Côté trônait au sommet de la LNH pour le nombre de combats. 

Blessé à une main et aux prises avec un problème de consommation de drogue quand il portait les couleurs des Oilers d’Edmonton, Côté a vu sa carrière suivre une pente descendante. Arrêté en possession de 30 livres de marijuana, il ne pouvait plus entrer aux États-Unis et est passé de la LNH en 2000-2001 à la Ligue nord-américaine de hockey la saison suivante. Il y a disputé 139 parties en sept saisons avec les Chiefs de Laval, les Chiefs de Saint-Jean et le Mission de Sorel-Tracy, marquant 11 buts, ajoutant 22 aides et totalisant 914 minutes de pénalité avant d’accrocher ses patins pour de bon en 2007-2008.