Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, juge notamment problématique l'article qui permettrait à une personne de faire pousser jusqu'à quatre plants de cannabis chez elle.

Pas de culture de pot à la maison, demandent des policiers

Faire pousser de la marijuana à la maison ne devrait pas être autorisé même si la substance deviendra légale au Canada, ont plaidé mardi des représentants des forces de l'ordre, exhortant du même souffle le gouvernement fédéral à renoncer à sa date butoir du 1er juillet 2018.
La culture de plants de pot à domicile entre en contradiction avec l'un des principaux objectifs de la légalisation du cannabis, qui est de tenir le cannabis loin des jeunes Canadiens, a fait valoir un trio de policiers devant le comité parlementaire qui étudie cette semaine le projet de loi C-45.
En plus d'exposer les enfants au pot, la culture de plants de marijuana à la maison - le projet de loi permet de faire pousser jusqu'à quatre plants de cannabis d'une hauteur maximale de 100 centimètres - pose des risques de santé (moisissures) et de sécurité (danger d'incendie), a exposé Rick Barnum, de la Police provinciale de l'Ontario (PPO).
Il existe également un risque de «surproduction» qui pourrait faire fleurir un réseau parallèle qui serait possiblement «encore plus prévalent» dans le futur régime récréatif que celui constaté dans le régime médical actuellement en place, selon ce qu'a fait valoir le sous-commissaire.
«Santé Canada évalue qu'un plant intérieur produit 28 grammes. Cela ne reflète pas la réalité de la culture de la marijuana, la PPO estimant (...) qu'un plant cultivé à l'intérieur produit en moyenne 60 à 100 grammes», a-t-il soutenu devant les élus du comité permanent de la santé.
Et «la plupart des plants de cannabis cultivés à l'intérieur atteignent une hauteur de quatre pieds (environ 120 centimètres), ce qui dépasse la limite de 100 centimètres», a fait remarquer M. Barnum.
Son collègue de l'Association canadienne des chefs de police, Mike Serr, a abondé dans le même sens et a prévenu les députés qu'il était carrément «impossible» que les policiers puissent respecter la date butoir du 1er juillet 2018. Car il faudra davantage de temps pour former adéquatement les agents, a-t-il fait valoir.
À en croire les propos tenus par le député libéral Bill Blair, qui pilote le dossier de la légalisation du cannabis, le gouvernement de Justin Trudeau n'a pas l'intention d'accéder favorablement à la demande de sursis.
«Je pense qu'il est important que nous fassions le travail le plus rapidement possible», a insisté l'ancien chef de police de Toronto lors d'une mêlée de presse en marge de la réunion du comité, mardi midi.
«Nous avons établi un échéancier assez serré, un échéancier rigoureux, mais le défi est important, et tout le monde travaille très fort pour y arriver», a ajouté M. Blair.
Les représentants des corps policiers qui ont comparu mardi ne sont pas les seuls à avoir demandé plus de flexibilité au fédéral.
Le gouvernement du Québec avait aussi réclamé un délai - la requête a été balayée du revers de la main par le gouvernement de Justin Trudeau, selon ce qu'a récemment affirmé la ministre déléguée à la Santé publique, Lucie Charlebois.
La ministre a cependant assuré que le gouvernement de Philippe Couillard serait «prêt» dans les délais prescrits.
Elle présidait d'ailleurs mardi, à Gatineau, la dernière d'une série de consultations publiques mises sur pied pour orienter l'élaboration de la loi-cadre québécoise.
Celle-ci devrait être déposée tôt cet automne à l'Assemblée nationale, a confirmé Mme Charlebois en mêlée de presse en marge de cette rencontre.
Entre autres paramètres, le gouvernement y précisera quel sera l'âge légal pour acheter de la marijuana au Québec.
Le projet de loi fédéral établit à 18 ans l'âge minimal national pour se procurer de la marijuana, mais laisse aux provinces et aux territoires la latitude pour hausser cet âge.
L'Ontario a décidé d'arrimer l'âge minimal pour l'achat de pot à celui pour l'achat d'alcool dans la province, soit 19 ans.
La ministre Charlebois a reconnu que l'harmonisation entre les provinces voisines était un facteur que le gouvernement tenait en considération, mais elle a de nouveau refusé de dire à partir de quel âge on pourra acheter du pot au Québec.
Selon ce qu'a pu confirmer mardi La Presse canadienne, la Coalition avenir Québec (CAQ) recommandera de l'établir à 21 ans.
Cette prise de position n'a pas été commentée par Lucie Charlebois, mardi.