Odeur mystérieuse dans Limoilou: Urgence Environnement ne perçoit pas l’odeur

Valérie Marcoux
Valérie Marcoux
Le Soleil
Les équipes d’Urgence Environnement déployées dans Limoilou dimanche n’ont pas été en mesure de percevoir l’odeur mystérieuse dont se plaignent des résidents depuis la semaine dernière, indique Frédéric Fournier, porte-parole pour Urgence Environnement.

«Quand on va sur le terrain, on n’est pas en mesure de constater l’odeur», déclare Frédéric Fournier. Les effectifs d’Urgence Environnement étaient accompagnés d’agents de la Ville de Québec lors de son enquête sur le terrain dimanche dans la journée. Une équipe de la Ville de Québec serait également retournée en soirée sans rien percevoir, ajoute le porte-parole d’Urgence Environnement.

L’odeur mystérieuse dont Radio-Canada faisait état dimanche s’apparenterait à une odeur de caoutchouc brûlé ou encore d’ammoniac, rapportait une citoyenne. Les sept plaintes reçues par Urgence Environnement depuis vendredi proviennent du Vieux-Limoilou, du secteur allant de la 2e rue à la 7e rue, entre la 3e avenue et la 4e avenue.

Lundi en fin d’avant-midi, Urgence Environnement ne rapportait aucune nouvelle plainte. Leurs équipes poursuivent leurs investigations afin de déterminer la source de l’odeur perçue par les citoyens, déclare Frédéric Fournier. Comme l’odeur n’a pas encore été perçue par un agent, aucune hypothèse sur la source de cette odeur n’a été émise.