Nathalie Normandeau était présente à la cour, lundi, pour une conférence préparatoire, dont le contenu entier est frappé par une ordonnance de non-publication.

Normandeau devra attendre avant de connaître sa date de procès

Nathalie Normandeau, Marc-Yvan Côté et leurs quatre co-accusés arrêtés par l'UPAC devront attendre encore avant de connaître la date de leur procès pour fraude et abus de confiance.
Les six accusés étaient tous présents à la cour lundi pour une conférence préparatoire, dont le contenu entier est frappé par une ordonnance de non-publication. 
Le juge Jean-Louis Lemay de la Cour du Québec, coordonnateur de la chambre criminelle, a demandé à la Couronne et à la défense de lui faire part des requêtes envisagées et de leur durée, des éléments susceptibles d'influencer la durée et la date du procès.
Les avocats devront aussi être plus explicites sur leurs agendas respectifs.
La prochaine rencontre aura lieu le 30 octobre. Le juge gestionnaire pourrait alors être nommé et les discussions sur les dates de procès se poursuivront. À titre exploratoire, le juge Lemay a évoqué le début décembre.
Par ailleurs, l'ex-vice-première ministre et ministre des Ressources Naturelles Nathalie Normandeau a fait une brève déclaration à sa sortie de la salle d'audience concernant la poursuite de 150 millions $ intentée par la pétrolière Lone Pine contre les gouvernements du Québec et du Canada.
Elle-même poursuivie par des procureurs québécois, l'ancienne politicienne a reçu, de la part des avocats du Québec, une citation à comparaître pour les 4, 5 et 6 octobre à Toronto. «Il semble que ma présence soit essentielle, je vais me rendre disponible», a brièvement répondu Mme Normandeau avant de poursuivre son chemin.