Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les blocs de béton ont été installés vendredi dernier. Depuis, un agent de sécurité surveille aussi les lieux à différentes heures de la journée, il est engagé par la santé publique de Chaudière-Appalaches.
Les blocs de béton ont été installés vendredi dernier. Depuis, un agent de sécurité surveille aussi les lieux à différentes heures de la journée, il est engagé par la santé publique de Chaudière-Appalaches.

Non-respect des mesures sanitaires: le magasin Gripsou entouré de blocs de béton

Judith Desmeules
Judith Desmeules
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Une ceinture de béton empêche maintenant les clients et employés d’entrer dans le stationnement du commerce Gripsou à Lévis, qui accumulait les interventions de la police pour le non-respect des mesures sanitaires.

Les blocs de béton ont été installés vendredi dernier. Depuis, un agent de sécurité surveille aussi les lieux à différentes heures de la journée, il est engagé par la santé publique de Chaudière-Appalaches.

Il demeure notamment dans son véhicule et observe les activités du commerce. 

«Il est là pour s’assurer que personne ne se présente sur les lieux. Si des clients se présentent, il fait de la sensibilisation auprès d’eux», explique Jean-Sébastien Levan, du Service de police de la Ville de Lévis. 

Pendant la fin de semaine, aucune intervention répertoriée ne figure à son tableau de bord pour le magasin de meubles, situé au coin du boulevard Guillaume-Couture et de la route Lallemand.

Depuis le mois de janvier, la police de Lévis a «une problématique» avec le commerce Gripsou. Le magasin de meubles a entre autres reçu la visite des agents une quarantaine de fois. Il s’est aussi vu remettre au moins six constats d’infraction en vertu de la Loi sur la santé publique. 

Le 9 avril, le magasin Gripsou a reçu une ordonnance officielle de fermeture par la santé publique. Il gardait ses portes ouvertes malgré l’obligation de rester fermé en zone rouge.

Constats

Dans la semaine du 26 avril au 2 mai, la police de Lévis a remis 37 constats pour le non-respect des mesures sanitaires. Parmi eux, 14 concernent le couvre-feu et 23 concernent les rassemblements illégaux dans les résidences privées. 

Les agents ont procédé à la vérification de 61 appels de dénonciations, relativement aux décrets de la santé publique.

À Québec, pour la même période, les policiers ont remis 58 constats d’infraction concernant les mesures sanitaires, 29 constats ont été donnés relativement au non-respect du couvre-feu. 

Les agents ont reçu pas moins de 221 appels de dénonciations pour les différentes mesures en place.

Au Québec 

Pour la période du 26 avril au 2 mai, les différents corps policiers du Québec ont donné 1243 constats pour le non-respect du couvre-feu.

La Sûreté du Québec a remis à elle seule 628 constats pour le non-respect des mesures sanitaires, 328 d’entre eux concernent le couvre-feu. 

Non-respect du couvre-feu dans la province :

  • 11 au 17 janvier : 1429 constats
  • 18 au 24 janvier : 1090 constats
  • 25 au 31 janvier : 1084 constats
  • 1er au 7 février : 984 constats
  • 8 au 14 février : 1034 constats
  • 15 au 21 février : 1081 constats
  • 22 au 28 février : 1084 constats
  • 1er au 7 mars : 1099 constats
  • 8 au 14 mars : 871 constats
  • 15 au 21 mars : 768 constats
  • 22 au 28 mars : 917 constats
  • 29 mars au 4 avril : 1374 constats
  • 5 au 11 avril : 1252 constats
  • 12 au 18 avril : 956 constats
  • 19 au 25 avril : 1115 constats
  • 26 avril au 2 mai : 1243 constats