Militaire de Valcartier accusé d'agression sexuelle

Le Caporal Regis Tremblay, un membre de l'Unité interarmées de soutien au personnel à Valcartier, fait face à un chef d'agression sexuelle.
Selon le communiqué de presse transmis vendredi matin par la Défense nationale, la victime serait également un membre des Forces armées canadiennes. L'événement aurait eu lieu à la Base des Forces canadiennes Waimwright en 2007. 
Le chef d'agression sexuelle a été déposé en vertu de l'article 271 du Code criminel qui est punissable aux termes de l'article 130 de la Loi sur la Défense nationale.
Le commandant du Service national des enquêtes des Forces canadiennes a réagi par communiqué. «Le Service national des enquêtes des Forces canadiennes fait enquête sur toutes les allégations d'agression sexuelle de manière exhaustive et impartiale pour contribuer au maintien d'un environnement professionnel respectueux et sain pour tous les militaires», a dit le lieutenant-colonel Francis Bolduc.
«Le port de cette accusation reflète l'efficacité de notre approche et notre engagement continu d'appuyer les victimes et de contribuer à prévenir les comportements sexuels néfastes et inconvenants dans les Forces armées canadiennes», a poursuivi le commandant.
L'affaire pourrait éventuellement être présentée devant une cour martiale.