Tobby Carrier

Meurtre d'Ismaël Carrier: la mère témoigne au procès de son fils

Quelques jours avant de tuer son frère et de tenter de faire subir le même sort à ses parents, Toby Carrier ne semblait pas être dans son assiette, ce qui a grandement inquiété sa mère, qui a débuté son témoignage hier au procès de son fils au palais de justice de Baie-Comeau.
Deux jours avant les funestes événements du 31 mars 2009, où Ismaël Carrier a été poignardé à mort par son frère Toby, ce dernier n'a démontré aucun intérêt à participer à la fête visant à souligner son 19e anniversaire de naissance malgré la bonne volonté de sa mère, Chantal Michaud, prête à lui cuisiner son repas et son dessert préférés.
«À quoi bon vouloir fêter une journée de plus dans sa vie quand on ne veut pas vivre», aurait répondu l'accusé à sa mère, selon le témoignage de celle-ci. Mme Michaud a tout de même concocté un des mets préférés de Toby Carrier, mais ce dernier est seulement descendu prendre son assiette à l'heure du repas avant de remonter dans sa chambre.
Chantal Michaud a aussi commenté en partie la journée du 31 mars, avant les événements qui coûteront la vie à Ismaël. Cette journée-là, elle et son conjoint Nelson Carrier se préparaient à partir pour un voyage dans le Sud afin de célébrer leurs 25 ans de mariage. 
Mme Michaud n'avait cependant pas l'esprit tranquille et se doutait bien que quelque chose clochait avec Toby. «Je lui ai dit que je n'aimais pas ça qu'il ne "feel" pas», a lancé la mère au tribunal, alors que la mère et le fils caressaient le chat de la famille quelques instants avant les funestes événements.
Elle a aussi trouvé «pas normal» le fait que la chambre de Toby soit «très silencieuse» quelques minutes avant qu'il ne s'attaque à ses parents et son frère avec un couteau de cuisine. Habituellement, il y avait toujours le son de la télé ou des jeux vidéo qui émanaient de la chambre.
Lever les yeux
Toby Carrier, dont le regard est fixé sur le sol depuis le début de son second procès mardi matin, à moins d'être obligé d'être debout lorsque la cour l'exige, a levé les yeux lorsque sa mère est entrée dans la salle d'audience. Ce fut là le seul regard adressé à la salle par l'homme de 27 ans, accusé de meurtre au second degré de son frère et de tentatives de meurtre sur ses parents.
Chantal Michaud poursuit son témoignage ce matin au palais de justice de Baie-Comeau. Son conjoint et père de l'accusé, Nelson Michaud, sera ensuite appelé à la barre.