Marylène Lévesque a été tuée dans un hôtel de Sainte-Foy le 22 janvier.
Marylène Lévesque a été tuée dans un hôtel de Sainte-Foy le 22 janvier.

Meurtre de Marylène Lévesque: l’enquête reprendra le 8 septembre

Guillaume Mazoyer
Guillaume Mazoyer
Le Soleil
Le gouvernement Trudeau s’engage à reprendre l’enquête sur le meurtre de Marylène Lévesque le 8 septembre, en vue d’un rapport cet automne. Dans une communication au Soleil, le cabinet du ministre Bill Blair assure être «déterminé à aller au fond de cette affaire».

Afin de limiter la transmission de la COVID-19, et parce que certaines entrevues doivent se faire en personne, l'enquête a été temporairement suspendue», explique au Soleil l’attachée de presse au ministre fédéral de la Sécurité publique Bill Blair Mary-Liz Power.

«Avant la suspension, de multiples entrevues avaient déjà été menées, un examen de toute la documentation pertinente a été effectué et un plan d'action pour reprendre le travail a été élaboré. Ce plan prévoit notamment la reprise de l'enquête le 8 septembre en vue de produire un rapport cet automne», poursuit-elle dans le courriel.

«Dans l'intérêt de la transparence et de la justice pour la famille de Mme Lévesque, nous nous sommes également engagés à rendre publiques les conclusions et les recommandations de cette étude.»

Cette déclaration a été transmise au Soleil après la mise en ligne jeudi midi d’un article dans lequel le député conservateur Pierre Paul-Hus demandait le retour immédiat de l’enquête. « L’enquête interne est tombée dans les limbes », a dénoncé celui qui est également ministre du Cabinet fantôme de la Sécurité publique et de la Protection civile.

Marylène Lévesque, qui travaillait dans un salon de massage érotique, a été assassinée le 22 janvier dernier dans un hôtel de Sainte-Foy par Eustachio Gallese. Ce dernier, déjà condamné pour le meurtre en 2004 de son ex-conjointe, était soumis à des conditions de semi-liberté au moment des faits et était considéré à risque élevé de récidive.

À LIRE AUSSI : La chronique de Jean-Marc Salvet, Meurtre de Marylène Lévesque: l’enquête non prioritaire

Informé en fin de journée de la date du 8 septembre pour la reprise de l’enquête, Pierre Paul-Hus s’en réjouit. Il assure toutefois que d'autres de ses craintes demeurent intactes, notamment quant à l’indépendance de l’enquête interne réalisée par le comité d'enquête mené par le Service correctionnel du Canada (SCC) et la Commission des libérations conditionnelles du Canada (CLCC).

«Que l’enquête reprenne c’est bien, mais on a toujours douté d’une enquête interne, explique le député conservateur. C’est le système qui enquête sur lui-même. C’est rare que les gens aillent s’auto-incriminer.»

Du côté du cabinet du ministre Blair, on assure toutefois que ces craintes ne sont pas fondées. «Les deux vice-présidents en charge de la supervision de cette enquête sont tous deux indépendants du SCC et de la CLCC et auront le pouvoir de rendre publiques leurs conclusions», conclut Mary-Liz Power.

Déterminé à avoir un deuxième regard sur la question, Pierre Paul-Hus assure pousser la reprise d’une deuxième enquête, celle menée par le Comité de la Sécurité publique dont il fait partie, elle aussi mise en pause depuis mars en raison de la pandémie.

Le récidiviste Eustachio Gallese a été jugé coupable du meurtre de Marylène Levesque.