Robin est accusé d'avoir agressé sexuellement cinq femmes âgées de 80 à 88 ans entre mai 2015 et août 2016 et d'avoir commis une action indécente envers une autre personne.

Mesures spéciales pour les examens psychiatriques de Jean-Claude Robin

Des mesures spéciales seront mises en place pour protéger les résidents de l'Hôtel-Dieu de Lévis quand Jean-Claude Robin, accusé d'avoir agressé sexuellement six résidentes de la résidence pour personnes âgées où il habite, y subira des examens psychiatriques.
«Je me suis assurée qu'un système soit mis en place pour assurer la sécurité des résidents», a expliqué l'avocate de la Couronne, Me Valérie Lahaie, après une courte audience à laquelle Robin a été dispensé d'assister en raison de son lourd handicap physique.
La juge Johanne Roy a accepté la demande de l'avocat de Robin, Me Nicolas Déry, pour que son client subisse des examens psychiatriques afin de déterminer son aptitude à comparaître.
Arrêté la semaine dernière au Centre d'hébergement Champlain-Chanoine-Audet de Saint-Romuald, Robin est accusé d'avoir agressé sexuellement cinq femmes âgées de 80 à 88 ans entre mai 2015 et août 2016 et d'avoir commis une action indécente envers une autre personne.