Mohamed-Amine Ben-Faras, d'origine marocaine, dit être le neveu d'Azzedine Soufiane, épicier assassiné le 29 janvier. Il affirme être venu à Québec pour pleurer son oncle. C'est sous le coup de la colère, affirme-t-il, qu'il a menacé de mort Alexandre Bissonnette lors d'une rencontre avec des membres de la communauté musulmane à la Grande Mosquée de Québec.

Menaces de mort contre Bissonnette: le coupable libéré et escorté hors du pays

Le ressortissant italien coupable d'avoir menacé de mort Alexandre Bissonnette se voit imposer une sentence suspendue assortie d'une probation de trois ans.
Mohamed-Amine Ben-Faras, 33 ans, a purgé l'équivalent de 11 jours de détention depuis son arrestation samedi à Québec.
Le juge Alain Morand a considéré cette détention comme suffisante compte tenu des circonstances et a accepté la suggestion commune des parties, soit la sentence suspendue assortie d'une probation de trois ans.
Durant cette période, Ben-Faras ne pourra sous aucun prétexte communiquer avec Bissonnette, accusé d'avoir tué six fidèles à la Grande Mosquée de Québec.
Il lui sera interdit de posséder des armes offensives ou à usage restreint.  Pour les trois prochaines années, Mohamed-Amine Ben-Faras n'aura pas le droit de se trouver au Canada sauf en présence d'un agent de la paix ou d'un agent des services frontaliers.
Si jamais Ben-Faras contrevient à ces conditions durant la probation, il sera ramené devant le tribunal pour l'imposition d'une peine.
Escorté à Montréal
Les agents des services frontaliers, munis d'un mandat, l'ont escorté vendredi jusqu'à l'aéroport de Montréal.
Mohamed-Amine Ben-Faras, d'origine marocaine, dit être le neveu d'Azzedine Soufiane, épicier assassiné le 29 janvier. Il affirme être venu à Québec pour pleurer son oncle. C'est sous le coup de la colère, affirme-t-il, qu'il a menacé de mort Alexandre Bissonnette lors d'une rencontre avec des membres de la communauté musulmane.