L’alerte avait été lancée à 10h vendredi matin quand quelqu’un avait signalé à la police de Québec des propos menaçants visant des élèves et des membres du personnel du Quebec High School sur le média social Discord, qui s’adresse essentiellement aux amateurs de jeux vidéo.

Menaces au Quebec High School: un jeune de troisième secondaire arrêté

La police de Québec a procédé vendredi après-midi à l’arrestation d’un jeune de troisième secondaire du Quebec High School pour menaces de mort proférées sur les médias sociaux, une situation qui avait plus tôt dans la journée mené au confinement des 350 élèves en fin d’avant-midi, puis à la fermeture de l’école et au renvoi à la maison des jeunes et du personnel pour l’après-midi.

L’alerte avait été lancée à 10h vendredi matin quand quelqu’un avait signalé à la police de Québec des propos menaçants visant des élèves et des membres du personnel du Quebec High School sur le média social Discord, qui s’adresse essentiellement aux amateurs de jeux vidéo. 

Dans un message livré sur Facebook, le directeur de l’école Warren Thomson a indiqué que l’auteur des menaces aurait utilisé un faux nom. «Ce matin, un de nos étudiants a porté à notre attention un message texte sur une plateforme de clavardage. Une personne a joint ce groupe sous une fausse identité et a menacé plusieurs étudiants du groupe. Nous avons pris la situation au sérieux et avons avisé la police», écrivait M. Thomson.

«Les policiers ont été nombreux à se déplacer, un périmètre de sécurité a été mis en place et les policiers sont entrés à l’intérieur de l’école», explique Mélanie Jobin, porte-parole de la police de Québec. «Il fallait d’abord sécuriser les élèves, puis mener l’enquête», indique-t-elle, soulignant que les jeunes ont d’abord été placés en confinement pour faciliter les opérations policières.

«Les enquêteurs du module des crimes majeurs ont rencontré trois ou quatre élèves et la direction a décidé de fermer l’école vers 12h30 et de renvoyer à la maison les jeunes qui n’étaient pas rencontrés par les policiers. En milieu d’après-midi, un jeune de troisième secondaire a été arrêté pour menaces de mort. Il avait menacé de s’en prendre à l’intégrité physique d’une ou plusieurs personnes, mais aucun geste n’a été posé », poursuit Mme Jobin.

Jamais en danger

M. Stephen Burke, directeur de la Commission scolaire Central Quebec, dont fait partie le Quebec High School, a pour sa part déclaré au Soleil que jamais la sécurité des élèves ou du personnel n’avait été menacée. «Tout le monde a été rapidement confiné dans les classes. Certains élèves ont même été placés sous les bureaux, mais après quelques minutes, on a vite vu que c’était «des affaires de jeunes» et que rien ne pouvait nous laisser croire que des enfants étaient en danger», a-t-il expliqué.

Les parents d’élèves ont été contactés pour les informer qu’il n’y avait pas de menace. «Par contre, on s’est aussi rendu compte qu’il n’y avait pas juste les élèves qui étaient stressés par la situation. Certains enseignants l’étaient aussi. C’est pourquoi, quand l’opération policière a été terminée vers 12h27, nous avons envoyé les enseignants se reposer et invité les parents à aller chercher leurs enfants», explique M. Burke au sujet de la décision de fermer l’école.

«Dès lundi, le soutien émotionnel pour les élèves et le personnel qui en auraient besoin suite aux événements sera bien sûr disponible à l’école», poursuit le président de la commission scolaire. «Rien ne s’est passé, mais on a toujours une peur en se demandant qui pourrait nous en vouloir, à nous et à nos élèves, pourquoi ça nous arrive à nous. Moralement, ça laisse quand même des traces. C’est plate, mais on ne peut pas prendre ça à la légère. On va s’assurer de bien s’occuper de nos élèves, y compris celui qui a été identifié comme responsable des gestes», conclut le directeur.

Par ailleurs, la police de Québec a tenu à préciser que cet incident n’avait rien à voir avec un autre événement similaire survenu vendredi dans une autre école secondaire anglophone de la région de Longueuil. Un individu a là aussi été arrêté vendredi après-midi pour avoir proféré sur les réseaux sociaux des menaces envers le Heritage Regional High School.