Après avoir vérifié 1000 signalements et effectué 700 fouilles de chalets ou roulottes à Saint-Apollinaire et Saint-Agapit, la SQ choisit de réorienter ses effectifs.
Après avoir vérifié 1000 signalements et effectué 700 fouilles de chalets ou roulottes à Saint-Apollinaire et Saint-Agapit, la SQ choisit de réorienter ses effectifs.

Martin Carpentier introuvable: la Sûreté du Québec réoriente ses effectifs terrestres

Judith Desmeules
Judith Desmeules
Le Soleil
SAINT-APOLLINAIRE — Après 10 jours, la Sûreté du Québec décide de «moduler ses moyens d’enquête» sur le terrain à Saint-Apollinaire, dans la traque pour retrouver Martin Carpentier.

Après avoir vérifié 1000 signalements au 9-1-1 et effectué 700 fouilles de chalets ou roulottes dans les boisés de Saint-Apollinaire, Saint-Agapit et Laurier-Station, la SQ choisit de réorienter ses effectifs dans la poursuite des recherches.

On ne verra donc plus de large déploiement dans ce même secteur, lieu de la découverte des corps de Norah et Romy Carpentier.

«Les vérifications dans les environs en fonction des informations que nous possédions ont toutes été effectuées», écrit-on dans un communiqué.

Il est à noter que des patrouilleurs continueront de sillonner en voiture les rangs de la petite municipalité dans les prochains jours.

«Nous sommes à l’affût de nouvelles informations nous permettant de redéployer nos effectifs dans d’autres secteurs. Parallèlement à cela, d’autres démarches d’enquête sont en cours. Nous n’élaborerons pas quant à la nature de celles-ci afin de ne pas nuire à leur efficacité», indique aussi la SQ.

Depuis 10 jours, les voitures de police faisaient partie du décor de Saint-Apollinaire, cette petite municipalité de la MRC de Lotbinière. Des agents se promenaient un peu partout, ils ratissaient le secteur à pied, avec un VTT, à cheval ou en voiture. Martin Carpentier est disparu depuis le 8 juillet.

La Sûreté du Québec disait redoubler d’efforts jeudi afin de retrouver le principal suspect dans la mort de Norah et Romy, les deux fillettes retrouvées sans vie dans un boisé de Saint-Apollinaire.

Les recherches semblaient se concentrer dans les rangs Bois Joly, Saint-Lazare et Sainte-Marie vendredi.

Samedi, la municipalité de Saint-Apollinaire avait presque retrouvé le calme qu’elle connaissait, avant que l’alerte AMBER soit lancée et que tous débarquent dans leur bout de région.

Les voitures de la Sûreté du Québec ont lentement laissé la place aux enquêteurs. Ils analysent les objets trouvés, des indices qui permettent de faire avancer l’enquête.

Si la pluie pouvait être difficile pour les agents vendredi, cette dixième journée a laissé place à la chaleur. Sous le soleil, les équipes de patrouille ont terminé de fouiller tous les chalets et dépendances de Saint-Apollinaire et Saint-Agapit. Ils remercient d’ailleurs les citoyens pour leur collaboration.

L’opération de recherche se transfère maintenant du côté des enquêteurs. Les effectifs nombreux des derniers jours ont quitté les lieux de recherches, leurs services ne sont plus demandés. Les chiens ont entre autres trouvé les indices nécessaires.

On devrait voir des rubans jaune ou rouge sur toutes les portes des chalets et dépendances de Saint-Apollinaire et Saint-Agapit, ils signifient que l’endroit a été vérifié et sécurisé.

Deuxième souffle

L’enquête de Carpentier a gagné un deuxième souffle lors de la découverte d’une roulotte dérobée. Tous les propriétaires d’un chalet ou dépendance du secteur de Saint-Apollinaire ou Saint-Agapit ont été appelés à vérifier leurs installations, pour des objets manquants ou des signes de passage. 

Tous les terrains ont été vérifiés, assure la SQ. Après la journée de samedi, on voyait des rubans jaune ou rouge sur toutes les portes de chalets, roulotte ou garages; ils signifient que l’endroit a été vérifié et sécurisé. 

La SQ croyait alors que Martin Carpentier souhaitait mettre la main sur des objets assurant sa survie, ce qui voudrait dire que l’homme est en vie. Quelques jours plus tôt, l’hypothèse que Carpentier soit mort devenait de plus en plus envisageable… 

Depuis jeudi, les porte-paroles de la SQ ont grandement diminué les communications avec le public. Il s’agit d’une stratégie pour faire avancer l’enquête. On assure toutefois que les agents ont quelques morceaux du casse-tête dans cette affaire nébuleuse. Martin Carpentier demeure la clé du dossier, il possède les informations qui permettront d’établir la chronologie des événements depuis le 8 juillet, jour de l’embardée sur l’autoroute 20.

La population qui habite le secteur des recherches demeure invitée à signaler toute activité anormale.

Les corps de Norah et Romy Carpentier, âgées de 11 ans et 6 ans, ont été découverts samedi dernier, à Saint-Apollinaire, deux jours après la diffusion d’une alerte AMBER signalant leur disparition. La SQ croit qu’elles auraient pu être impliquées dans le fameux accident de voiture avec leur père. Les petites filles demeuraient à Lévis, sur la Rive-Sud de Québec.

Des autopsies ont été pratiquées sur les corps des enfants, mais les résultats ne seront pas dévoilés tant que Martin Carpentier ne sera pas retrouvé, afin de ne pas nuire à l’enquête ou à un éventuel interrogatoire.

Les funérailles de Norah et Romy Carpentier seront célébrées lundi à Lévis.

Martin Carpentier

Les corps de Norah et Romy Carpentier, âgées de 11 ans et 6 ans, ont été découverts samedi dernier, à Saint-Apollinaire, deux jours après la diffusion d’une alerte AMBER signalant leur disparition. La SQ croit qu’elles auraient pu être impliquées dans le fameux accident de voiture avec leur père. Les petites filles demeuraient à Lévis, sur la Rive-Sud de Québec.

Des autopsies ont été pratiquées sur les corps des enfants, mais les résultats ne seront pas dévoilés tant que Martin Carpentier ne sera pas retrouvé, afin de ne pas nuire à l’enquête ou à un éventuel interrogatoire.

Les funérailles de Norah et Romy Carpentier seront célébrées lundi à Lévis.