Marc Bellemare

Marc Bellemare vilipende le Barreau du Québec

Le Barreau du Québec est «dirigé par une poignée d'exaltés qui accumule les illégalités», selon l'avocat Marc Bellemare.
L'ancien ministre de la Justice a fait ces déclarations sur les ondes du FM93, lundi. Il était appelé à réagir sur le blâme porté par le comité électoral du Barreau contre sa conjointe, l'ex-bâtonnière Me Lu Chan Khuong, concernant des dépenses et des revenus électoraux qu'elle aurait omis de déclarer cet automne.
Sans appel, M. Bellemare n'a pas été tendre et a vilipendé le Barreau. «Le Barreau, c'est un peu la honte des avocats; en tout cas moi, j'ai assez honte du Barreau depuis l'été passé», a-t-il décoché.
Le blâme contre Me Lu Chan Khuong a été rapporté dans le bulletin électoral du Barreau daté du 9 décembre. Le comité y soutient que la bâtonnière démissionnaire ne s'est pas soumise à certaines exigences concernant les dépenses électorales. Même si elle n'est plus en poste depuis septembre, elle aurait dû faire rapport de ses dépenses lors de la campagne ayant mené à son élection en mai 2015. 
Me Khuong a envoyé une lettre, cinq jours après la date butoir, confirmant des dépenses de 93 000 $, des sommes entièrement engagées personnellement, sans don ni commandite. Or elle aurait dû, toujours selon le comité, exposer le détail de chaque dépense. 
Selon Marc Bellemare, le Barreau essaie «d'arriver avec de nouvelles exigences au niveau des dépenses électorales». Reprenant les termes de sa conjointe, il a qualifié le blâme du comité électoral de «farfelu».
Adversaires politiques
En entrevue à La Presse dimanche, Me Khuong a déclaré qu'elle n'accordait «aucune crédibilité à ce comité qui est composé d'adversaires politiques avoués». Elle a aussi plaidé que le formulaire de déclaration «n'existait pas» lorsqu'elle s'est lancée dans la course électorale pour le poste de bâtonnier. «En près de 150 ans d'existence, c'est la première fois que le Barreau du Québec s'intéresse aux dépenses d'un candidat.» Me Khuong assure avoir respecté ses obligations légales.
Le bulletin électoral prend soin de souligner que les dépenses et les revenus de l'adversaire de Me Khuong, Luc Deshaies, étaient conformes et respectaient les exigences du comité.
Malgré les frictions, Lu Chan Khuong considère toujours se représenter en 2017.
Le Barreau du Québec a refusé de commenter le dossier, lundi.