Manifestation contre La Meute: des accusations à prévoir, selon la police

Même si personne n'a été arrêté dimanche lors de la manifestation contre le groupuscule d'extrême droite La Meute, la police de Québec indique que des accusations criminelles sont à prévoir contre certains de ceux qui y ont pris part.
«Comme la manifestation a été déclarée illégale selon le Code criminel, toute personne qui y participe peut faire l'objet d'accusations criminelles», a expliqué David Poitras, porte-parole de la police de Québec, prenant bien soin de préciser que ce cas était différent de ceux des manifestations étudiantes de 2012 et 2014.
«Des manifestations étudiantes avaient aussi été déclarées illégales, mais en vertu d'un règlement municipal. Là, on parle d'une manifestation déclarée illégale parce que des actes criminels y ont été commis», poursuit M. Poitras, signalant que les enquêteurs allaient analyser le dossier au cours des prochains jours.
«Nous avons des photos, des images, des renseignements et on va monter un dossier. Des arrestations sont à prévoir et il n'est pas impossible qu'il y ait au minimum des accusations pour avoir participé à un attroupement illégal car il y a eu des méfaits, des voies de fait, des voies de fait envers les policiers», poursuit-il, mettant bien en garde les manifestants qui croient avoir échappé à la justice parce qu'ils n'ont pas été arrêtés dimanche.
Jaggi Singh accusé?
«Ce n'est pas parce que personne n'a été arrêté et accusé hier qu'il n'y aura pas d'arrestations. Au contraire», a affirmé M. Poitras. Même si la police n'a pas mentionné son nom, il n'est donc pas écarté que le militant altermondialiste Jaggi Singh, arrêté puis relâché dimanche, fasse éventuellement l'objet d'accusations.
Lors de sa sortie du jour, le maire Régis Labeaume est allé dans le même sens que la police. «Ce n'est pas terminé. De part et d'autre, tout a été filmé hier (dimanche) par les policiers et la bande de casseurs aussi. Il y avait un film qui se tournait. Alors le travail n'est pas terminé. La police travaille là-dessus actuellement», a-t-il indiqué, l'air confiant que des accusations criminelles puissent être déposées. 
Avec Annie Morin