Manif «regrettable» des juristes de l'État, déplore Couillard

Le Prince Albert II de Monaco a eu droit à un comité d'accueil plutôt inhospitalier, mardi, avec une manifestation sonore des avocats et notaires de l'État (LANEQ) devant les bureaux du premier ministre.
En grève depuis le 24 octobre, les membres de LANEQ ont profité de la visite de Son Altesse Sérénissime pour rappeler au premier ministre le conflit qui perdure. 
«Je trouve regrettable d'exposer un dignitaire étranger à ce genre de manifestation bruyante, a déclaré M. Couillard, en point de presse. Je ne crois pas que ça aide la cause de qui que ce soit.»
Sifflets, trompettes et coups de casserole étaient audibles à l'intérieur lorsque les deux politiciens ont rencontré les journalistes. Les quelque 1100 avocats et notaires souhaitent un nouveau mode de négociation, l'arbitrage liant, pour décider de leurs conditions de travail. Le premier ministre a déjà parlé de l'importance d'être équitable avec les autres employés de la fonction publique. 
Lundi, le président de LANEQ, Jean Denis, a déploré qu'aucune nouvelle proposition n'ait été faite par le gouvernement, contrairement à un engagement en ce sens du président du Conseil du trésor. 
«Clairement, la voie devant nous est celle d'une entente négociée, a indiqué M. Couillard. J'invite les parties à être à la table de négociation.»
Les avocats et juristes travaillent à l'élaboration de projets de loi et de règlements et représentent le gouvernement dans divers dossiers. 
En plus de la manifestation à l'extérieur, le Prince Albert II a pu constater que les constables spéciaux de l'Assemblée nationale exercent aussi des moyens de pression. Ils arborent le pantalon de camouflage et différents t-shirts. 
«Ça fait partie de ce qu'est une société démocratique où la liberté d'expression est acquise, s'est consolé le premier ministre. Tant mieux que ce soit le cas.»
Une entente de partenariat a été signée entre le gouvernement du Québec, la société du Plan nord et la Fondation du Prince Albert II de Monaco, mardi.