L'UPAC semonce l'UPAC, qui devient l'OPAC

L'UPAC a fait parvenir une mise en demeure à un syndicat du secteur public parce qu'il utilisait l'acronyme UPAC dans le cadre de sa campagne en vue de renouveler sa convention collective.
Le Syndicat des professionnels du gouvernement du Québec, qui représente des comptables, chimistes, arpenteurs-géomètres et autres professionnels, n'a toujours pas renouvelé sa convention collective, contrairement à la majorité des employés de l'État.
Or, dans le cadre de sa campagne pour obtenir un nouveau contrat de travail, il se décrivait depuis le mois de mai comme l'Unité professionnelle en attente de convention, soit UPAC.
L'Unité permanente anticorruption a donc adressé une mise en demeure au Syndicat des professionnels, le 13 octobre dernier, afin qu'il cesse d'utiliser cet acronyme UPAC.
Au cours d'une entrevue avec La Presse canadienne, jeudi, le SPGQ a indiqué qu'il cesserait d'utiliser cet acronyme d'UPAC pour le remplacer par OPAC, soit Organisation professionnelle en attente de convention. Le mot «organisation» remplacera donc tout simplement le mot «unité».
David Bernans, vice-président du syndicat, assure qu'il n'a jamais voulu nuire à la crédibilité de l'UPAC. Des professionnels qui travaillent à l'UPAC sont d'ailleurs syndiqués au SPGQ, a-t-il souligné.