Les photos incriminantes ont été retirées de l'album Facebook du photographe Ludovic Gauthier consacré à la journée d'intégration des nouveaux étudiants en administration.

L'UL sévit contre des dérapages dans une initiation

L'Université Laval sévira contre l'Association des étudiants en sciences de l'administration (AÉSAL), dont la soirée d'intégration a été le théâtre de débordements à caractère sexuel dimanche.
Des termes dégradants tels que «anal», «fuckgirl» et «j'veux un bat» ont été écrits sur le visage d'étudiantes lors d'un rassemblement au Domaine du Radar, en Beauce, selon ce qu'a rapporté vendredi le Journal de Québec. Les photos incriminantes ont depuis été retirées de l'album Facebook du photographe Ludovic Gauthier consacré à ladite journée d'intégration.
Mise au fait vendredi matin des dérapages, la direction de l'Université Laval a rencontré les responsables de l'association étudiante concernée pour faire la lumière sur les événements, avant d'annoncer que les «scénarios détaillés» de toutes les activités organisées par l'AÉSAL au cours des sessions d'automne 2017 et d'hiver 2018 devront dorénavant être fournis à la direction de la Faculté des sciences de l'administration. «Cette mesure permettra un encadrement encore plus serré tout au long de l'année avec les organisateurs et les étudiants», a précisé Andrée-Anne Stewart, porte-parole de l'Université Laval. «L'Université Laval prend très au sérieux tout débordement rapporté. [...] Nous sommes déterminés à continuer notre travail auprès de nos étudiants en qui nous avons confiance.»
Actions de prévention et de sensibilisation
Mme Stewart a toutefois tenu à mentionner les «actions de prévention et de sensibilisation» et les «gestes posés tout au long de l'activité» par les responsables de l'AÉSAL pour tenter d'éviter tout débordement. «En dépit de leur bonne volonté et des nombreuses actions posées, quelques individus ont toutefois choisi de se prêter à des activités de mauvais goût», déplore-t-elle. «Même si le comportement douteux d'une poignée d'individus ne reflète pas celui de l'ensemble de nos étudiants, cet incident confirme l'importance de poursuivre nos efforts de prévention et de sensibilisation auprès de notre clientèle.»
De son côté, l'Association des étudiants en sciences de l'administration a commenté l'affaire en fin de journée vendredi. «Plusieurs mesures préventives avaient été mises en place afin d'éviter de tels événements. Malheureusement, notre travail n'était pas parfait et nous l'assumons pleinement. [...] L'AÉSAL a toujours travaillé en collaboration avec la faculté pour l'organisation de ses événements et nous comprenons leur décision d'ajouter au processus d'approbation.» Par l'entremise de sa page Facebbok, l'association a invité ses membres à communiquer avec le Centre d'aide aux étudiants «si vous vous êtes senti(e)s mal à l'aise ou poussés à participer à quelconque activité».