La direction du pénitencier et le Syndicat des agents correctionnels du Canada ont confirmé que l'homme abattu dans la cour du poste de la SQ de Pont-Rouge était bien David Lévesque, qui travaillait à l'établissement de Donnacona jusqu'à il y a quelques mois.

L'homme abattu à Pont-Rouge était un ancien gardien au pénitencier de Donnacona

L'homme de 37 ans abattu par un policier dimanche dans la cour du poste de la Sûreté du Québec de Pont-Rouge, David Lévesque, était un ancien gardien du pénitencier de Donnacona.
David Lévesque
La direction du pénitencier et le Syndicat des agents correctionnels du Canada (UCCO-SACC-CSN) ont confirmé que l'homme abattu était bien David Lévesque, qui travaillait encore à l'établissement de Donnacona jusqu'à il y a quelques mois.
«M. Lévesque avait donné sa démission en mai ou en juin. Il est trop tôt pour dire ce qui aurait pu provoquer ça exactement», a déclaré le précisdent du Syndicat des agents correctionnels, Frédérick Lebeau, ajoutant qu'il profitait de l'occasion pour souhaiter ses plus sincères condoléances à la famille du défunt.
Depuis quelques années, le Syndicat des agents correctionnels essaie de sensibiliser les élus au fait que certains de ses membres sont aux prises avec le syndrome de stress post-traumatique. M. Lebeau n'a toutefois pas pu préciser si ce cas pouvait s'appliquer à David Lévesque. «Ça pourrait être ça, mais d'après les premières informations que nous avons reçues, ce ne serait pas en lien avec le syndrome de stress post-traumatique», a-t-il résumé.
Stéphane Jaillet, directeur adjoint, services de gestion à l'établissement de Donnacona, a quant à lui préféré ne pas commenter la mort de son ex-employé. «Il ne travaillait plus pour nous. Il avait remis sa démission au printemps», a-t-il précisé. 
Lévesque se serait rendu au poste de la SQ de  la MRC de Portneuf vers 15h, armé d'une machette, après avoir été informé qu'un autre individu avait porté plainte contre lui quelques heures plus tôt.
Il aurait donné des coups de machette sur les voitures de police de même que sur un véhicule civil avant que les policiers ne tentent de le maîtriser avec le poivre de cayenne, mais sans succès. Il se serait ensuite dirigé vers les policiers avec sa machette et c'est à ce moment qu'un ou des policiers auraient fait feu, causant la mort de Lévesque.
Une enquête du Bureau des enquêtes indépendantes permettra de déterminer les circonstances précises de l'événement.