France Michaud, ex-vice-présidente infrastructure de la firme Roche, à la Commission Charbonneau le 2 juin 2014.

L'ex-vice-présidente de Roche condamnée à 18 mois de prison 

France Michaud, l'ancienne vice-présidente de la firme de génie-conseil Roche, a été condamnée, mercredi, à 18 mois de prison pour sa participation à un stratagème d'attribution de contrats municipaux et de financement politique.
Accusée de fraude, de complot pour fraude, d'abus de confiance et d'aide à l'abus de confiance, elle avait été reconnue coupable de tous les chefs d'accusation dont elle faisait l'objet, sauf un, en septembre.
Elle a appris sa peine en cour criminelle du palais de justice de Joliette, mercredi, et a immédiatement pris le chemin de la prison.
Le juge Normand Bonin, de la Cour du Québec, lui a imposé la même peine que l'ex-maire de Boisbriand, Robert Poirier, aussi condamné dans cette affaire.
L'homme qui a été maire de 1998 à 2005 avait appris la durée de son séjour en prison en mai, mais la peine de Mme Michaud avait été reportée en raison de ses problèmes de santé.
Le juge Bonin avait noté, lors de la détermination de la peine de M. Poirier, que la fraude impliquait dans ce cas-ci des pertes de centaines de milliers de dollars pour la municipalité.
Probation de trois ans
Mme Michaud s'est aussi vu imposer une probation de trois ans et une série de conditions à respecter.
Parmi celles-ci, le juge Bonin lui interdit d'entrer en contact avec plusieurs personnes liées à cette affaire, dont Robert Poirier, Lino Zambito et l'ex-mairesse de Boisbriand Sylvie Berniquez Saint-Jean. Cette dernière avait plaidé coupable juste avant le début du procès.
Après sa sortie de prison, Mme Michaud devra se trouver un emploi légitime, mais ne pourra occuper de fonctions de gouvernance municipale ou provinciale ni s'occuper de la gestion des biens d'autrui sans dévoiler sa condamnation à son employeur.