D’autres internautes avaient reçu un constat d’infraction semblable à celui reçu par Olivier, résidant sur la Côte-Nord, pour un commentaire envers l’agent Ghislain Larose sur Facebook.

Lévis: accusation retirée pour des insultes sur Facebook

L’un des internautes qui avaient reçu cet automne une contravention pour avoir insulté un agent du Service de police de Lévis sur le réseau social Facebook a vu ce chef d’accusation être retiré mercredi.

Olivier, un résident de la Côte-Nord qui préfère taire son nom de famille, était accusé d’avoir «injurié un policier dans l’exercice de ses fonctions ou en lien avec l’exercice de ses fonctions par des propos tenus sur Internet ou sur les réseaux sociaux». Les propos concernent le policier Ghislain Larose, surnommé «Monsieur Muffler» par des amateurs de véhicules modifiés qui l’accusent de faire preuve d’acharnement envers eux.

Le 8 octobre, Olivier avait commenté sur Facebook la publication d’un jeune homme propriétaire d’une voiture modifiée qui avait reçu des amendes de 2000 $ de l’agent Larose en écrivant «Ost... de mange-m…». Quelques jours plus tard, le père de deux jeunes enfants recevait une contravention assortie d’une amende de 442 $.

Mercredi, Olivier a toutefois reçu une lettre signée de la main de Me Marie-Ève Roy, avocate de la Cour municipale de Lévis, lui indiquant qu’après étude de son constat d’infraction, elle l’informait qu’elle avait procédé au retrait du chef d’accusation décrit au constat. «Cependant, soyez avisé que vous pourriez recevoir la signification d’un autre constat pour le même événement», précise cependant Me Roy.

Mercredi soir, Me Roy n’a pas voulu répondre aux questions du Soleil, qu’elle a plutôt référé à la direction des communications de la Ville de Lévis. Le personnel de la direction des communications n’a pour sa part pas donné suite aux demandes envoyées en soirée pour discuter avec Me Roy.

«Demi-bonne nouvelle»

Pour Olivier, la lettre constitue ce qu’il appelle une «demi-bonne nouvelle». «Bien sûr, je suis heureux qu’on ait retiré le chef d’accusation. Cependant, il y a aussi cette menace d’en recevoir un autre. J’espère qu’ils ne m’enverront pas un autre constat», explique-t-il, ne comprenant pas comment il lui serait possible d’être accusé deux fois pour les mêmes faits.

«J’imagine qu’ils veulent étudier le dossier, mais c’est un peu bizarre tout cela, je vais téléphoner à l’avocate jeudi pour en savoir plus», explique-t-il, ajoutant qu’il n’avait jamais reçu de date de comparution pour la contravention, à laquelle il avait plaidé non coupable. 

Habitant à 400 kilomètres de Lévis, Olivier explique que le simple fait de venir plaider sa cause en cour municipale pourrait lui coûter beaucoup d’argent, notamment les frais de déplacement et le fait de devoir manquer une journée de travail. 

Autres cas

Un autre internaute qui avait reçu un constat d’infraction semblable pour un commentaire envers l’agent Ghislain Larose sur Facebook, Mickaël Giguère, a lui aussi plaidé non coupable, mais n’avait pas, au moment d’écrire ces lignes, reçu de suivi de la Ville de Lévis.

Quant à Charles-Antoine Bélanger, de Saint-Rédempteur, il a reçu une date d’audience et devra plaider sa cause au mois de février. Il avait reçu une contravention pour avoir injurié un policier après avoir crié «Yes!» après avoir gagné sa cause, dans laquelle était également impliqué l’agent Larose, en cour municipale le 8 août.

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, avait déclaré avant les élections municipales que la situation semblait abusive pour parler du cas de l’agent Larose et avait demandé au chef de police Michel Desgagnés d’analyser la situation. Quelques semaines plus tard cependant, M. Desgagnés avait déclaré qu’il n’avait «aucun effet qui lui permette de prendre des mesures disciplinaires contre un policier ou un autre».