La nouvelle de la fusillade au Centre culturel islamique de Québec a fait rapidement le tour du monde, dimanche soir.

Les yeux du monde rivés sur Québec

La nouvelle de la fusillade au Centre culturel islamique de Québec a fait rapidement le tour du monde, dimanche soir. Plusieurs sites de nouvelles aux quatre coins de la planète en faisaient mention, certains dans leur section de nouvelles rapides (breaking news) et d'autres même comme nouvelle principale.
Le site anglophone d'Al Jazeera, le CNN du monde arabe, en faisait sa Une. Tout comme le New York Post, le Washington Post et le Vancouver Sun, entre autres grands journaux.
Une tournée du web a permis de retracer la nouvelle au Mexique sur la page du quotidien Excélsior, en Australie et son agence radio Special Broadcast Service (SBS), au Sénégal sur Dakaractu.com et jusqu'en Asie sur Channel News Asia.
En Europe, même en pleine nuit : en Espagne et ses quotidiens El Pais et El Mundo, en Italie dans La Repubblica, en Allemagne sur Der Spiegel et Deutsche Welle, en Suisse sur Romandie.com et Swissinfo, en Grande-Bretagne sur la BBC, le Telegraph, Sky News, le Daily Mirror, The Guardian et l'Independent.
La France bien sûr : RFI, Le Monde, le Journal du Jura, Le Matin la radio RTL et beaucoup d'autres.
Nos voisins américains étaient aussi très touchés : le site du magazine Time, CNN, Fox News, USA Today, Chicago Tribune, ABC News, CBS News, le New York Times, le New York Daily News, le Dallas Morning News, pour ne nommer que ces sources-là, souvent alimenter par les mêmes dépêches de presse de Reuters ou les sites des médias québécois comme Le Soleil.
Évidemment, les médias canadiens en faisaient aussi grand état, tels que le Globe and Mail, le National Post, le Toronto Star et City News, pour n'en nommer que quelques-uns.
Plus la soirée avançait, plus le mot se passait. Les médias sociaux aidant la nouvelle à voyager à toute vitesse d'un pays à l'autre, tout autour du globe. Les mises à jour se faisait au compte-gouttes, autant ici qu'à l'autre bout du monde. Partout, le nombre de morts et le mot mosquée étaient chaque fois en titre pour bien faire comprendre l'ampleur et les implications du drame.